Don't worry, be mummy...

 

http://img.over-blog.com/600x624/1/46/76/24/Bugeac/Poke/Savines-3.jpg

 

 

Je crois que j'ai eu la chance jusque là de ne pas être entourée de gens qui ont fait peser sur moi le poids de la culpabilité. Vous savez celle que souvent on prend un malin plaisir à mettre sur les épaules des mères en général.

 

Je n'ai eu aucune remarque lorsque j'ai vite repris mon travail après la naissance de l'empereur. Il faut dire aussi qu'à mon travail, les filles avec qui je bossais n' étaient pas du genre à laisser tomber leur boulot pour élever leurs enfants, la carrière avant tout et ça je le comprend tout à fait. Du coup pour elle mon retour était juste tout simplement normal. Sauf que moi ma carrière était limitée à porter des cartons et ranger des boîtes en rayon, je n'aurai eu aucun scrupule à tout laisser tomber mais je ne pouvais pas, financièrement j'entends. Heureusement, cette mère qui avait toujours accordé beaucoup de place à son travail, ma mère, alors à la retraite, a été là pour garder mon fils pendant 4 ans.

 

Pas de remarque non plus quand j' ai voulu prendre un congé parental pour m'occuper de Jajaja. De la tristesse chez ma collègue de boulot parce que je ne revenais pas auprès d'elle, et je la comprends, des blanc parfois dans la conversation au moment du " et toi tu fais quoi dans la vie ? " mais sinon autour de moi, aucune réflexion. La réciproque est vrai pour la maman qui travaille et à qui on reproche de ne pas assez s'occuper de ses enfants. Chacune ne pourrait elle pas mener sa vie comme elle l'entend sans qu'une horde de harpies ne lui tombent sur le dos


Aucune culpabilité donc mais ça c'est sans parler d'internet qui a vite fait de, dans un cas comme dans l'autre, si ce n'est de te culpabiliser, d'au moins te faire te sentir comme une maman à part entière. Parce qu'en regardant bien autour de soi, qui demande, qui s'occupe de l' avis, de la vie, de la maman qui reste chez elle pour s'occuper de ses enfants ? Pas grand monde et pourtant je considère que c'est un vrai travail à part entière. Je crois qu'au contraire , il ya beaucoup à apprendre de ces femmes là, que ce n'est pas parce qu'elles ne sont pas dès 7 heures du matin dans les transports en commun, qu'elles ne  passent ensuite pas 8 heures au bureau et qu'elles rentrent tard le soir qu'elles doivent être toujours rabaissées par la société, par leurs congénères aussi. Combien de fois en lisant des remarques de ci de là, j'ai pu culpabiliser d'avoir choisi de m'occuper quelques temps de mes enfants. Maman ne travaille pas au sens biblique du terme mais elle ne fait pas rien pour autant. Je crois que je rêve un jour de voir la maman au foyer chroniqueuse sur un quelconque site. Je suis sûre que ça serait intéressant et que ça apprendrait bien d'autres choses que comment déboucher un évier ou comment faire des confitures. Parce que n'en déplaise à certains qui voudraient réformer le congé parental, cette option retenue par des milliers de femmes n'est pas forcément subit, il est souvent choisit.

 

Mais j'en reviens donc à cette culpabilité qui m'a toujours été épargné dans la vie sauf par les professionnels de l'enfance : Maîtresse, psychomotricienne, infirmière psy, elles ont toujours réussie, sans méchanceté aucune, à me faire comprendre que si l'empereur était peu autonome à son âge c' était de ma faute, que si il avait des problèmes en motricité fine c' était encore moi qui était responsable, appelons un chat, un chat, elles insinuaient que je l'avais trop couvé, trop aidé, trop assisté. Cette théorie comme quoi à trop s'occuper de son enfant on en fait une chiffe molle me désespère, me hérisse le poil.

 

Et hier chez la pédiatre, lors d'une visite pour Jajaja, rebelotte. j'ai bien senti à un moment du rendez vous que ma tête allait se retrouver sur le billot dans 5,4,3,2,1 et cette petite question " Et c'est vous qui le gardez ? ", bien articulé avec son fort accent allemand. A mon oui, je savais que j'allais en prendre piour mon grade. Non pas que je me reproche quoi que ce soit, mais parce que je sais qu'on va encore me mettre sur le dos ses problèmes alimentaires ou son " retard de langage " que je mets entre guillemets car ce qui est un retard pour un médecin ne l'est pas du tout pour un autre.


Du coup donc, cette phase d'opposition dans laquelle serait mon fils en ce moment, comme un peu tous les enfants de deux ans non, serait du à notre angoisse de la séparation, à une volonté de sa part de rester bébé parce que  nous n'aurions pas bien coupé le cordon.


Que mon fils soit très, trop attaché à moi, je ne le nie pas. Il pleure parfois quand je sors d'une pièce et n'aime pas ne plus m'avoir en visu trop longtemps mais je n'ai rien fait pour votre honneur, je le jure. J'ai clairement compris dans le discours de la pédiatre qu'elle pensait que moi non plus je ne voulais pas m'en séparer mais elle se trompe. J'ai souvent pensé à le mettre dans une crèche ou une autre structure associative pour qu'il y rencontre d'autres enfants, qu'il se sociabilise. Mais premièrement une telle structure n'existe pas dans le patelin ou je vis et deuxièmement, nous n'en avons pas forcément les moyens.


Malgré tout, nous avons pris rendez vous avec la directrice d'une structure, une halte jeux, à quelques kilomètres de la maison, pour voir avec elle, pour discuter, parce que je sais que cela fera du bien à mon fils. Et si nous finissons par le laisser quelques heures là bas deux jours par semaine, je ne dis pas que je ne serai pas désorientée au départ mais je ne vivrais en aucun cas une angoisse de la séparation. Pour lui je pense que ce sera autre chose mais qu'au final ça lui plaira malgré tout. Le tarif horaire est en fonction des revenus donc de ce côté là ça devrait le faire aussi.

 

Si le fait de ne pas avoir d'amis avec des enfants de son âge, de préférer les sorties en famille  d'aimer m'occuper de lui, jouer, chanter , le protéger, fait de moi une accusée alors oui je plaide coupable mais je considère que tout ça n'handicape pas toujours un enfant, au contraire. J'ai été moi même élevé comme ça, par mes parents, mes grands parents  et tout va très bien merci.

 

Je ne dis pas que je n'y suis totalement pour rien mais je crois aussi qu'il ne faudrait pas perdre de vue que chaque enfant à son propre caractère.

 

Et si j'étais en colère hier soir, ce matin je prends les choses avec plus de recul.

 

Non je n'ai pas à culpabiliser, oui je vais inscrire mon fils dans une garderie, everything gonna be alright.

Commenter cet article

Arlette 17/02/2013 17:12


Je te comprends très bien, un enfant doit être élevé avec beaucoup d'attention pour qu'il soit réellement épanoui. C'est également vrai qu'il doit lui être appris tôt à vivre en société pour
qu'il s'en accomode aisément. Les mamans ne pourront que s'en trouver quelque peu libre de se concentrer sur le reste...

Madamezazaofmars 05/03/2013 22:24



Oui une manière de ne pas s'oublier soi même également



Ma poussette à Paris 15/02/2013 23:34


Ma pédiatre m'a culpabilisé comme Little Marmot en faisait pas ses nuits, genre cela m'arrangeait et que ce besoin d'être rassuré devait être dépassé. Dans mon esprit c'est hors de question de
forcer un enfant de sept mois à faire quoi ce soit, je me fiche de couver peut-êtr eun peu trop mes petits, mais ils sauront qu'auprès de leur maman le monde est doux et j'espère que quand la vie
leur fera de sale coup et bien ils auront le reflexe de venir s'y refugier.


Bon courage pour la garderie, mais si tu le sens pas cela se passera bien c'est certain !


Ps : mon cousin ne parlait pas un mot compréhensible avnt de rentrer à l'école, le soir du premier jour, il a su parfaitement raconter sa journée ;-)


Plein de bises

Madamezazaofmars 05/03/2013 22:24



J'aime bien ta façon de penser, de voir les choses, et je te rejoins



oum 14/02/2013 22:05


Autant je culpabilise dans mon coin pour x,y, z raisons autant je rejette toute tentative de me faire culpabiliser et je peux même être virulente. Chacun aura toujour quelque chose à dire,
quelque soit le choix qu'on fait. 


Je pense que les échanges sur un ton moins "auoritaire" et plus dans le sens "voilà les options possibles, discutons-en" pourrait faire des miracles.

Madamezazaofmars 05/03/2013 22:25



Je suis tout à fait d'accord avec toi. Selon commentles choses sont dites, elles sont plus ou moins bien interprétées c'est évident



missbrownie 14/02/2013 00:17


Grrrr!!!


Ca m'énerve cette culpabilité toujours remise sur les mères. Je suis certaine que si j'emmenai TiBiscuit chez un pédopsy, il me dirait qu'il ne s'est jamais remis de son sevrage forcé à 4 mois à
cause de son entrée en crèche, puis de l'arrivée de sa soeur, d'où son caractère ...


Là je dois inscrire Chichi pour la rentrée prochaine parce que je sais que ça nous fera du bien à tous les 2 qu'il aille à l'école le matin, mais j'arrive pas à aller à la mairie pour le faire,
je fais un blocage.


Chichi est avec moi, tout le temps à la maison et il me semble qu'il va très bien. Jajaja va certainement très bien également

Madamezazaofmars 05/03/2013 22:28



Je suis sûre qu'ils vont très bien même. Ici aussi Jajaja est censé rentrer à l'école en Septembre mais je doute qu'il ne soit prêt



Joséphine Ose 13/02/2013 21:08


Les regards et les propos culpabilisants, je connais ça moi aussi et plus particulièrement de la part des professionnels de la petite enfance.


La première année, cela me mettait dans tous mes états. J'en ai pleuré.


Aujourd'hui, je ne fais même plus attention. Je n'entends plus rien.


Ma fille a 2 ans et demi. Elle est en avance sur certains points et en retard sur d'autres. Je lui fait confiance tout comme je fais confiance à la vie. Je sais qu'elle évoluera à son rythme et
qu'elle évoluera bien. Donc pas de stress. La vie lui en réservera d'autres.


Si ton fils est fusionnel avec toi, il n'y a pas de quoi se plaindre. Bien au contraire. Il y aura un temps où il ira vite voir ailleurs. C'est donc maintenant qu'il faut en profiter.


Et puis, tu es sa mère et donc la seule à savoir ce qu'il y a de mieux pour lui. Il n'y a pas de mal à combler son enfant d'amour.

Madamezazaofmars 05/03/2013 22:29



Ta conclusion est exactement ce qu'est ma philosophie de vie



cleopat 13/02/2013 16:23


ça devient pénible cette façon de juger les parents !! à l'école chez les médecins !!tu n es pas la première à en parler dans ton blog ! on n'a pas encore trouvé le manuel du parent parfait alors
ces pseudos règles ... mais tu réagis bien!  tu prends ce qui te semble bon à prendre et tu laisses lka culpabilité qui n a pas lieu d etre, de côté !Bravo :)

Madamezazaofmars 05/03/2013 22:29



Je trouve que ça deveint carrément systématique



madeleine 13/02/2013 15:53


Je suis bien d'accord. Lors de la naissance de n°1, j'était ravie de reprendre le travail à ses trois mois, je m'ennuyais à la maison, je tournais en ronc. Et, par contre, j'aurais voulu
m'arrêter de travailler quand elle a eu 2 ans. Les moments passés avec elle me semblaient trop courts etc'était le bon moment pour moi mais pas possible financièrement et alors là très mal vu
partout. On s'occupe d'eux à temps plein quand ils sont petits, pas après. Moi pas comprendre. Surtout que la nounou et la crèche je les trouve pas mieux que moi mais bon.

Madamezazaofmars 05/03/2013 22:30



Moi on me parle toujours de sociabilisation



Maman Crotte 13/02/2013 15:40


Tu sais, j'vais un peu "ça" avec mon Grand. Mon Théo. 


Chaque enfant est différent. Oui, je l'ai sur-pouponnée. Et bien il en avait besoin. Moi aussi. Il aura bientôt 10 ans, et c'est un beau mec !


Ne change rien :)

Madamezazaofmars 05/03/2013 22:30



Merci, tes mots me font du bien



Soma 13/02/2013 15:04


Quelque soit le choix que nous faisons (ou que nous ne faisons pas forcément qd nous n'en avons pas le choix), cela peut toujours pencher du côté de la culpabilité...
On culpabilise de travailler, on culpabilise de ne pas travailler.
Au final, il y aura toujours un regard critique dans l'une ou l'autre situation.
Après, il faut essayer d'être en accord avec soi même.
J'ai été enchantée d'être présente pour ma fille (avec la critique de sacrifier mon bac +10 pour rester à la maison) : c'est parfois difficile pour moi de l'assumer aux yeux de tous.
En rentrant, mon bébé n'aura que 2 mois, mais j'ai discuté avec mon homme qui est d'accord pour que je ne retrouve un travail que lorsque bébé aura 4-5 mois. Rien que d'y penser, c'est un
déchirement, ms nous n'aurons pas le choix. Financièrement, impossible de faire autrement. Mon homme ne gagnera pas suffisamment & ayant été à l'étranger, je ne peux bénéficier de rien du
tout. Dc je vais essayer de trouver un mi-temps, etc.
Quant à sociabiliser ton enfant, je pense que c'est une bonne idée afin que la rentrée en maternelle soit plus douce. Qu'il s'habitue un peu à être séparé de toi & qu'il voit d'autres
enfants.
Des gros bisous & très bel article 

Madamezazaofmars 05/03/2013 22:31



Merci pour ton témoignage. Nous allons a la halte garderie pour la première fois vendredi



Laetibidule 13/02/2013 14:02


Je crois que c'est un constat qui dure depuis plusieures années, si j'ose dire des centaines d'années, il faut toujours juger et critiquer les mères quelque soit le choix qu'elles font !!!


Moi, j'ai fait le choix de ne rien entendre, bon parfois je pointe mes arguments, mais j'essaye de m'en ficher le plus possible, après tout l'essentiel ,c'est d'avoir des enfants heureux ,
épanouie et en bonne santé !!!


Courage et bonne journée !!!

Madamezazaofmars 05/03/2013 22:31



Tu sa raison, l'essentiel est là



Amy 13/02/2013 13:36


Pfff, c'est déplorable, on vit vraiment dans une societé qui adore nous faire la leçon et nous faire culpabiliser, nous les femmes. Je me souviens aussi que quand j'étais gamine, mon grand-père
disait à ma mère qu'elle faisait bien trop de choses pour moi, que j'étais couvée. Sauf que ça ne m'a jamais porté préjudice, et qu'au contraire, j'avais besoin de ça !


 

Madamezazaofmars 05/03/2013 22:31



J'ai eu besoinde la même chosemoi aussi étant enfant



lexou 13/02/2013 11:47


j'aurais adoré avoir un rythme de vie un peu plus light, avec un doux mélange de temps de travail et de temps à la maison pour m'occuper de ma fille, mais comme tu le dis si bien, souvent
financièrement ca coince.Ce serait à refaire, je réfléchirais à 2 fois au moins!

Madamezazaofmars 05/03/2013 22:32



A cause de l'argent c'est bien difficile de se décider et franchement je galère beaucoup mais quand mon fils sourit souvent j'oublie tout



juste ronde 13/02/2013 11:38


c'est mon tout 1er com' chez toi malgré mes visites et lectures assidues. Moi je n'ai qu'un enfant et je dois avouer que j'ai été effectivement très déstabilisée par les "divers" professionnels
de la petite enfance et tous leurs conseils souvent contradictoires, en plus. Je ne suis qu'une primipare qui fait en effet du mieux qu'elle peut, mais quand on n'a pas l'expérience d'un 1er
enfant c'est difficile de faire le tri entre tous ces mots, surtout les 1ers mois quand on est épuisée. Maintenant que je lis des blogs comme le tien, je me fais davantage confiance, car je crois
que tu as raison : il ne faut pas se laisser culpabiliser, se faire confiance et surtout faire confiance à nos enfants. Merci pour ton article qui donne du courage !

Madamezazaofmars 05/03/2013 22:32



Merci a toi pour ton commentaire très touchant



heidi 13/02/2013 11:31


Y a une chose qui me suate aux yeux, ce sont toutes des femmes : maîtresse, psychomotricienne, infirmière, pédiatre. 


Quel que soit le choix, la partie d'en face a toujours du mal à reconnaître les défauts liés. Quel parent va dire "génial de lever son gosse à 6 h pour le déposer à la crèche ?" ou "génial de
n'avoir aucun copain du même âge avant l'école ?"


 

Madamezazaofmars 05/03/2013 22:33



Tu as tout a fait raison et a bien y réfléchir, aucun homme nem'a jamais fait de rélfexion



Lulu from Montmartre 13/02/2013 11:04


Tu n'as absolument aucune raison de culpabiliser ! On se pose toutes des questions à un moment ou à un autre, mais la seule chose certaine, c'est que ce sont TES enfants, que tu les connais mieux
que personne, qu'ils sont uniques et que personne n'a à te juger de quelque manière que ce soit. C'est quoi ces histoires de vouloir couper le cordon à 2 ans ??? Est-ce qu'on peut arrêter deux
minutes de vouloir faire de nos bébés des pré-ados avant l'âge, c'est juste insupportable ! Et puis je te rassure, tout comme toi j'ai été élevée à temps plein par ma maman, je suis fille unique,
et je vais très bien, merci !

Madamezazaofmars 05/03/2013 22:34



Je suis tout a fait d'accord, il faut laisser le temps au temps



Marie mon-nid 13/02/2013 10:58


Je suis entièrement d'accord. Mais il n'y a pas que sur Internet qu'il faudrait remettre les pendules à l'heure... Dans mon entourage, je ressens parfois aussi un dénigrement du fait que je suis
en congé parental, et que je n'ai donc "pas grand chose à faire"...

Madamezazaofmars 05/03/2013 22:34



Oui bien sûr, c'est dans toute la société qu'il faudrait remettre un peu d'ordre dans les mentalités



anyuka 13/02/2013 10:56


Quoiqu'on fasse ce sera toujours de notre faute à nous les mamans, qu'on bosse qu'on bosse pas qu'on materne trop qu'on materne pas assez etc etc... Comme Choco et comme toi j'ai fait
l'expérience des spécialistes à côté de la plaque, ça a eu finalement l'effet positif de me faire arrêter de culpabiliser, j'accepte volontiers des conseils et des avis mais je fais le tri. Tu as
bien raison de prendre les choses avec du recul !

Madamezazaofmars 05/03/2013 22:35



Faire le tri c'est essentiel



Etremaman 13/02/2013 10:25


Comme les autres mamans, j'aurai 3 pages à écrire...


Je suis encore en congé maternité, et même avec un seul bébé, c'est déjà du boulot ! Un maison et une famille, ça se gère !


Quand au fait que beaucoup critiquent le fait que tu t'occupe de tes enfants, ce sont ces mêmes personnes qui vont te dire "mais tu le met en garderie alors que tu pourrais le garder ? il va être
traumatisé !"


Comme je le dis souvent en ce moment, on fait de notre mieux et comme on peut, avec les plus et les moins que ça engendre !

Madamezazaofmars 05/03/2013 22:35



Tu as raison, quoiqu'on fasse les gens ont toujours un truc a redire



Mommysbadtrip 13/02/2013 09:50


Tu veux que je t'aide à enfoncer le clou ? Non, vraiment, aucune raison de culpabiliser !!!


Je confirme ton constat sur les professionnels de la petite enfance, et c'est malheureux : ils devraient être les premiers à soutenir les parents. De toute façon c'est pas comme si les mères
pouvaient démissionner et refiler le boulot à quelqu'un de plus "calé", hein ! Un(e) pédiatre par exemple, qui ferait faire un maximum de vaccins pas obligatoires à l'enfant (oh oui ça c'est
tellement IMPORTANT), et saurait tellement bien limiter son investissement affectif et mettre de côté toutes ces saloperies délétères qui nous caractérisent, comme notre amour ridiculement
débordant pour notre progéniture ! Ils ferait de l'enfant un véritable dieu sur terre : c'est sûr ! 

Madamezazaofmars 05/03/2013 22:35



Bravo pour ton commentaire et merci !



natmum02 13/02/2013 09:42


que je suis d'accord : la société a tendance à très vite te culpabiliser ... ici ma bientôt 4 ans a été portée, allaitée 20 mois , massée et combien de fois j'ai entendu dire "oh la la mais elle
ne sera jamais autonome...." et pourtant l'été dernier elle est allée en "vacances" chez ma soeur 3 jours : traumatisée ?? oui de devoir rentrer à la maison  et la rentrée des classes pour celle qui n'avait jamais été en collectivité ?? avec un grand sourire, qu'elle n'a jamais perdu depuis
dès qu'on prononce le mot école.....


je crois que chacun(e) fait du mieux qu'il peut selon ses envies mais aussi ses possibilités..... et à chaque enfant est différent, alors maman s'adapte...

Marie Grain de Sel 13/02/2013 09:40


Holàlà ça me démange, ça me démange !!!! J'aurais mon Gain de sel à mettre sur à peu près chaque point de ton billet... Mais si je me lance, on ne pourra plus m'arrêter et je vais te faire un
commentaire de 3 pages..... Donc, je me bride, pour dire : Je suis d'accord avec tout ce que tu dis ! (mais j'en aurais bien dit beaucoup plus !!!)

Madamezazaofmars 05/03/2013 22:36



Jeme suis bridée je crois ;)



chocoladdict 13/02/2013 09:39


je crois que je pourrais t'écrire un roman en lisant ton billet mais le mieux serait encore d'en parler autour d'une tasse de thé, parfois laisser un com pour un sujet aussi dense me frustre !


bon alors moi aussi j'ai vu beaucoup de spécialistes de la petite enfance puisque mes enfants ont marché très tard tous les deux et à chaque fois c'était ma faute, celle de la mère (le père il
sert à quoi on se demande) et c'est remonté très loin, ma propre relation à mes parents, patin couffin ...bon autant dire que je n'ai pas une très haute idée des psy aujourd'hui ou alors je ne
suis pas tombée sur les bons..parce qu'à part me faire sentir une merde (c'est pas bien compliqué remarque j'ai un bon terrain), ils ne m'ont jamais donné un seul conseil, ou aidé, j'en sortais
plus démunie, plus angoissée alors qu'au fond de moi je savais que mes enfants n'étaient pas malades et que s'ils marchaient très tard, c'était peut-être pas la norme mais pas un drame...


quand au fait qu'un enfant soit fusionnel vers l'âge de 2 ans ça me parait assez normal lié à l'angoisse de la séparation...


bref je comprends ta colère d'hier soir mais j'ai envie de dire que le plus important c'est de donner de l'amour à un enfant ...il y en a tellement qui grandissent sans ou dans des conditions si
difficiles

Madamezazaofmars 05/03/2013 22:37



J'ai oublié de parler de la place et du rôle du père mais c'est vrai qu'en général, on ne lui reproche pas grand chose et ça me retombe toujours dessus