Ne plus se noyer en pleine mère

1729_9782918597230_129914631010003300.jpg

 

C'est sans aucune information ni sur l' auteur, ni sur le livre, ni sur le contenu que j' ai commencé a lire Mère épuisée, et une fois lancée, j' ai eu du mal  à m' arrêter.

La trentaine, Stéphanie Allenou, éducatrice spécialisée de formation, est mère de trois enfants, une fille qui aura 8 ans en juin et des jumeaux de 6 ans tout juste.

Elle raconte dans son livre les trois premières années de sa vie de mère, les naissances, l'allaitement, les nuits sans sommeil, les journées qui n'en finissent pas, l'isolement qui s'installe. Les mille et une difficultés quotidiennes qui s'enchaînent sans répit: séances d'habillage collectif avant les sorties, trajets marathon, bêtises à répétition...

On assiste à sa descente aux enfers.

«Petit à petit, je perds toute envie : de parler, de bouger, de m'occuper de mon mari, de mes enfants, de ma maison... Le plus difficile c'est de commencer la journée. Je me réveille en proie à l'angoisse. Je n'ai pas la force d'y aller. Je ne veux plus de ces contraintes horaires, de ce bruit, de ces affrontements, de ces gestes cent fois réitérés. Je ne veux même plus voir mes enfants. Je ne veux plus rien donner : ni temps, ni mots. Je veux être seule, dans le silence...» 

Entre ses allaitements, les nuits ou elle ne dort pas, sa rupture d' avec la société car en restant a la maison elle ne voit presque personne, elle témoigne pour toutes ces mères qui sont au bout du rouleau, désemparées et isolées.

Avec des mots simples, elle raconte avec beaucoup de force et de sensibilité, ses sentiments d'isolement, de doute, de peur et les moments de perte de contrôle, de violence ordinaire qui ont fait son quotidien avec ses enfants. Elle nous révèle alors son désarroi face à cette part étrange d'elle-même, et dénonce notre société qui idolâtre la maternité en oubliant la mère. Mais son discours est aussi un témoignage d'optimisme qui veut prévenir le fléau du « burn out maternel ». Elle suggère des solutions pour entourer les mères épuisées et les encourage à oser dire leurs difficultés.

Car comme elle le dit si bien quand on l' interview, c'est la société toute entière qui nie l' épuisement maternel.

2c7570c308a8a624533b5e5209896d51.jpg

Etre épuisée quand on travaille oui, quand on reste a la maison pour elever ses enfants non.

Je me suis souvent retrouver dans son bouquin, d'abord parce que j' ai fait une depression post partum apres la naissance de l' empereur mais aussi parce que depuis que j' ai choisi de rester a la maison pour m' occuper de mes enfants, ma fatigue, mes états d' âme sont comme laissés au placard par les autres.

Je suis là ou je voulais être, j' ai le deuxième enfant que je voulais alors pourquoi me plaindre d' une quelconque fatigue. ?

Et quand j' entends ça j' ai une rage folle qui monte en moi.

" Ne pas considérer que la maternité n' est qu'une affaire de femmes. Je rappelle qu'il n' y a de mères que parce qu'il ya des pères. "

Elle suggere des solutions pour entourer les mères épuisées et les encourage à oser dire leurs difficultés.

Car qui parmi nous ose vraiment le faire ? Qui parmi nous ressens cette lassitude, cet épuisement, ses mauvais moments sans jamais oser en parler.

On déconne, on parle de nos enfants, on écrit des tranches de vie mais jamais on ne dira qu' on est a bout , qu' on en peut plus, exception faîtes de deux blogueuses bien courageuses je trouve et qui l' ont fait ces jours ci

Car seules on ne pourra pas s' en sortir, il ne faut pas avoir honte d' appeler à l' aide.

Un livre a lire pour soi, a conseiller, a partager sans hésiter.

Mère épuisée de Stéphanie Allenou aux Editions les liens qui liberent LLL

 


Commenter cet article

Loriane 28/03/2011 14:14



Article qui me parle beaucoup, on les aime nos loupiots, mais on n'est pas des machines. les regards réprobateurs des gens et parfois mêmes de nos propres hommes quand on dit être
fatiguées font mal, seules nous nous pouvons nous comprendre, c'est pour ça que c'est si bon de s'entraider.


On est récompensées par l'amour de nos bébés :)



eddie 26/03/2011 20:01



Oui, il est bon de le répeter, même à la maison, être maman est un boulot à temps plein qui peut être épuisant !


Je ne suis pas à la maison, je travaille, mais en bonne faignasse de prof, j'ai la "chance" d'avoir un emploi du temps sur trois jours... du coup, c'est tout "naturellement" qu'en plus de mon
boulot à temps plein, je me tape la totalité du boulot à la maison, les enfants etc...


La citation du livre me parle complètement, helas... c'est de plus en plus souvent que je ne supporte plus les bruits, cris et disputes en rentrant du boulot...


bon week end :-)



MamaFunky 25/03/2011 08:09



Je n'ai jamais vécu cette situation. Mais j'imagine au combien ca doit être difficile de se sentir jugée par les autres. Moi qui @home depuis qq mois maintenant je me rends compte de la
difficulté d'une telle situation. Et les gens qui disent que rester @home c'est que du bonheur, bah non pas que !


Je pense que je vais l'acheter ce bouquin :)



Armelle 25/03/2011 06:56



Je me sens plus que concernée par ce livre...Je vais m'empresser de l'acheter car voilà la maman épuisée va peut-être me donner des solutions...Merci...Bonne journée..



Le Journal de Chrys 24/03/2011 18:32



Je t'avoue que la thématique est un peu passée de mon côté car mes enfants sont grands mais pour avoir élevé mes enfants seule (ou presque) depuis maintenant 12 ans, j'en connais un rayon....
Héhé!!!!


Je pense profondément qu'il est nécessaire de ne pas être que dans le rôle maternel et qu'il est bon d'avoir une chose qui nous sort de la maison: un travail, un loisir, un sport, une sortie avec
des copines, bref un truc....


 



Firemaman 24/03/2011 16:48



Pas très envie de le lire, peut-être pour l'avoir cotoyé de trop près ce burn out, parfois je ne suis même pas sûre de l'avoir surmonté. C'est très sournois l'épuisement et le baby blues.


Je ne sais pas si la société nie l'épuisement maternel, je crois juste qu'elle ne sait pas comment faire face au besoin de reconnaissance des nouvelles mamans, travaillant ou pas. Beaucoup de
choses "matérielles" sont mises en place mais, très peu d'écoute véritable.



Covima 24/03/2011 16:06



J'ai bien envie de le lire, malgré mes craintes de me reconnaître dedans... Ça se termine bien au moins ?



isa-monblogdemaman 24/03/2011 16:05



Je n'ai aucune envie de lire ce livre. POurtant le burn-out, je connais. J'ai plus qu'il ne faut carressé mes limites mais j'ai envie de positif, pas d'un témoignage qu'au fond j'aurais pu moi
même livrer. Faire des enfants, ça essore.



bbflo 24/03/2011 15:53



J'ai toujours été profondément exaspérée par cette image totalement lisse de la maman qui s'épanouit à la maison avec ses gosses et qui jamais ne faiblit, car je pense que c'est à peu près
impossible, il y a forcément des moments difficiles, des moments de grande fatigue, de doute etc...



MissBrownie 24/03/2011 14:39



On verra comment je supporterais mon année à la maison mais je me souviens que je vivais mal mes mercredis à la maison quand les doudoux étaient encore petits... Ils me poussaient à bout, je
passais mon temps à crier.



cleopat 24/03/2011 13:17




super ces livres qui ne culpabilisent pas les mamans à grand coups de "il faut" faire ci ou ça!


 au contraire un partage de choses que toutes je pense on a connues à un moment ou un autre, de façon plus ou moins importante évidemment!


et le non dit aggrave les choses !


donc merci à toi aussi, et à toutes celles qui osent  partager leur façon de vivre le  "statut" de maman au foyer,et ses difficultés




Victoria 24/03/2011 13:11



C'est comme faire un tatouage: "les femmes supportent mieux que les hommes car les femmes sont programmées à souffrir avec les accouchement".... c'est ça!!!!. Pour certains hommes rester à la
maison= vacances!!!!


Perso, j'ai de la chance, je bosse le soir de 18h à 22h et zhom fait repas, et vaisselle, c'est déjà ça de gagné!


C'est vrai ton livre donne envie!!!!



Melle 24/03/2011 12:37



Je vais commencer mon après midi en allant chercher ce livre à la librairie. J'ai moi aussi lu les critiques dans les magazines et j'avais déjà envie de le dévorer. Je suis Maman d'une petite
fille de 21 mois et enceinte de 6 mois de jumelles... je pense que je vais me reconnaître !!


En tout cas bon courage à toutes et n'oubliez pas que même si on perd parfois patience un peu vite on est quand même des supers Mamans non ?



heidi 24/03/2011 12:33



La reprise de la vie sociale, c'est à quel moment ? (histoire que je ne me flingue pas).


:D



top.produits.bebe 24/03/2011 12:14



C'est un sujet très intéressant, qui passe trop souvent à la trappe. Car oui ça peut être idyllique d'être chez soi avec ses enfants, mais c'est un vrai boulot à plein temps, très prenant, et
souvent stressant, mais pour la société c'est juste "normal".


Les mamans en congé parental ou au foyer sont de garde non stop, et il faut assurer sur tous les plans ! Alors c'est sûr, personne ne nous force à faire des enfants mais bon il faut admettre que
c'est un boulot en soi, un boulot qui est souvent difficile, et qu'on a aussi le droit d'être claquée, de se plaindre, d'être malade etc. Après tout, on exerce le métier d'assistante maternelle
sauf qu'on garde nos enfants et qu'on ne reçoit aucune rémunération.


Une grande pensée pour les mamans qui sont isolées de leur famille et qui ne peuvent jamais souffler ne serait-ce qu'une journée... 



Fleurdeschamps 24/03/2011 11:53



Ca me donne envie de lire ce livre... c'est vrai, quand on est maman à la maison, pas le droit de se plaindre, ni d'être fatiguée, d'en avoir marre par moments.... Je devrais même le faire lire à
mon homme tiens! Lui qui ne comprend pas pourquoi je peux être épuisée à la fin d'une journée, alors que je n'ai pas eu le stress du boulot, des transports, etc... Lui qui me reproche de hausser
la voix avec les enfants plus vite que lui, de perdre plus vite patience: mais ce n'est pas lui qui au quotidien "s'épuise au dressage" si je puis dire...



Dorice 24/03/2011 11:52



Ton billet m'encourage de plus en plus à l'acheter.. 



Tallulah Ramsey 24/03/2011 10:42



Je ne suis pas mère, mais j'imagine sans mal le chamboulement que ça doit être. Ma mère a eu ma soeur quand j'étais âgée de 13 mois, autant dire que ça n'a pas du être facile tous les jours.
C'est pour ça que pour le moment, je remets en question mon désir de maternité. Je ne me sens pas prête à me donner autant. Je verrais dans les années à suivre, si le désir resurgit, je saurais
gérer. Sinon, je vivrais sans. En tout cas, si jamais ça me revient, y'a ce livre que tu nous conseilles :)



anyuka 24/03/2011 10:26



Tu sais, si on me posait la question je dirai que oui, parfois, SOUVENT, je suis A BOUT avec mes 2 minimonstres et que le 1er qui me rétorque "t'es à la maison, t'as que ça à faire, tu vas pas te
plaindre en plus", je le balance par la fenêtre. Je connais parfaitement  cette impression de noyade.


Mais justement, raconter des choses plus légères sur mon blog m'aide à tenir bon dans la vraie vie. J'ai en stock quelques articles sur mon mal être de mère au foyer, je passe du temps dessus et
finalement je ne les publie jamais parce que je veux pouvoir lâcher du lest quand j'ouvre mon ordi alors qu'à la maison c'est pas toujours la joie.


Il FAUT que je lise ce livre, il me fera sans doute du bien.



voyelle 24/03/2011 10:17



j'ai lu des critiques plûtot bonnes et le fait que tu en parles me donne l'envie de le lire...à l'occasion de le trouver sur les étagères de la médiathèque !


bisouilles ma zaza !


beau jeudi ensoleillé !



Sandrine(SD49) 24/03/2011 10:10



eh oui on croit que c'est la belle vie ! je le croyais aussi avant d'y être ;-D j'ai changé d'avis quand mes enfants étaient petits, 7 ans, 3 ans, 20 mois et un nouveau né, maintenant la dernière
a presque 13 ans c'est autre chose !!!! et j'envisage de reprendre le boulot, je ne regrette pas toutes ces années c'était du bonheur !



Alcaline 24/03/2011 10:08



C'est effectivement courageux ! On considère communément qu'être une maman à la maison, c'est un choix de facilité, limite de fainéantise ! Et quand les hommes s'y collent, on s'aperçoit bien
souvent qu'ils ne supportent pas le dixième de ce que les mamans doivent faire quotidiennement.



virginie B 24/03/2011 09:50



merci pour le partage !



lexou 24/03/2011 09:44



je l'ai vu l'autre jour sur ton blog, dans ta liste de lecture, et maintenant avec ton résumé, il me branche bien ce livre, ce mois ci, famili magazine en donne aussi de bonnes critiques...



Laetibidule 24/03/2011 09:43



Ben oui, par certaines personnes être à la maison, c'est ne rien glander de la journée !!!


Moi qui travail en crêche, je trouve qu'il est plus facile de gérer un groupe de 7-8 enfants de 18-24 mois ou 3-12 mois que mes deux loupiots !!! Pourquoi, justement parce qu'il y a mes collègues
avec qui on peut discuter, rigoler, passer la main si on sent qu'avec un enfant on arrive à saturation, alors qu'à la maison on est seule pour évacuer la pression et personne avec qui parler !!!


Je m'engage pour 3 ans à la maison et je sais qu'il y auras des moment difficile !!! un de mes trucs pour faire du bien : tout le monde dehors et une bonne ballade, ça aère, remonte le moral,
défoule les loupiots, bouger pour évacuer la pression !!!!


Bonne journée !!!



Carole Nipette 24/03/2011 09:30



En même temps avec 3 enfants d'âge rapproché dont des jumeaux, ce n'est pas étonnant...


Ecoute, moi même si de temps en temps j'en ai marre parce ma fille me pousse à bout 5 minutes par jour, je ne vis pas du tout ça, je ne suis pas plus épuisée qu'une autre femme qui travaille,
prend le métro et a plus de 40 ans... La vie avec un enfant ne ressemble pas à celle avec plusieurs enfants, si j'étais fragile à la base peut être que je ne réagirais pas comme ça mais non, je
ne peux pas me plaindre, ce serait exagéré de ma part, ce n'est pas que je n'ose pas c'est que ce serait mentir...


C'est clair que les mères qui sont entourées ont plus de chance...



Eurêka 24/03/2011 09:25



j'ai envie de lire ce livre, je pense que je le commanderai aujourd'hui sur amazon



Nous et vous 24/03/2011 09:20



Je trouve qu'il est plus facile d'exposer ces soucis entre mamans qu'avec des gens proches... d'où l'intérêt des blogs :-)!!



Moutonnette 24/03/2011 09:10



Merci.


De toute manière, comme tu l'as dit, quand on est à la maison, on n'a déjà plus le droit de se plaindre et d'être au bout du rouleau.


Les gens ne se rendent pas compte qu'on élève nos enfants, qu'on gére la maison, l'administratif (la plupart du temps je pense), les emplois du temps de chacun, les repas...


comme j'ai déjà entendu à la radio il y a longtemps, une étude a été faite, et si on devait rémunérer les femmes au foyer, nous serions les plus rémunérées car nous sommes polyvalentes!


Na!



script>