Un petit exercice de maths pour la route ?

Methode-boscher.jpg

 

La rentrée de l' empereur au CP a été  pour lui un véritable grand écart avec l' école maternelle. Se poser, travailler, se taire et rester calme sont des notions un peu plus difficiles à intégrer pour lui mais petit à petit l'oiseau fait son nid.

 

La vraie grande nouveauté de cette année, ce sont les devoirs à la maison. De la lecture, des maths, un peu de poésie...

 

Mon fils ne rechigne pas à les faire et moi j' adore les faire avec lui. Le voir lire de mieux en mieux, être passionnée par les chiffres et faire des opérations, mettre le ton quand il apprend une poésie.

 

Je ne vous ferais pas croire que j' ai une patience d'ange et que ça se passe comme dans une publicité ou j' accroche à mes lèvres un sourire béat. Parfois je m'impatiente, je suis à deux doigts de craquer, mais je ne laisserai passer ces instants là pour rien au monde.

 

«Les devoirs constituent une fenêtre ouverte sur la classe, un moyen de communiquer avec les enseignants et la justification d'un temps extrascolaire qui contribue à l'ordre moral familial, un moment où les parents arrivent encore à suivre les apprentissages»

 

Alors bien sûr, pour l'instant le travail demandé reste simple et mon fils suit mais je sais que ça deviendra de plus en plus difficile au fil des années. J' ai bien conscience aussi de la chance que c'est que d'avoir le temps de pouvoir aider mon fils à faire ses devoirs et que quand on travaille, beaucoup et tard, on est forcément moins disponible, plus fatigué, moins patient.

 

Mais j' ai aussi fait faire les devoirs pendant presque 3 ans et chaque soir à une élève de CE1, CE2, et CM2 alors que je travaillais et là encore j' adorais déjà ça.

 

Et à peine mon fils est il dans le bain que le ministre de l' éducation veut revenir sur les devoirs à la maison et les supprimer, plus exactement les faire faire à l' élève à l'école car tout le monde n' a pas la chance de pouvoir aider ses enfants comme il aimerait le faire.

 

Les devoirs sont source d'inégalités sociales entre les familles aisées, ayant fait des études et avec une situation stable, qui peuvent aider leurs enfants et les familles dites populaires ou on a parfois du mal à accompagner son enfant ou à comprendre les méthodes employées.

 

Mais supprimer les devoirs à la maison et les faire faire à l'école accentuera aussi ce fossé.

 

" Un enfant de milieu dit "favorisé" sera suivi après l'école, soit directement par les parents, soit (à titre rémunéré) par un enseignant ou un étudiant en quête d'argent - ceci n'est pas un reproche au contraire! -

 

Un enfant de milieu "défavorisé" ne sera pas suivi et les parents penseront (à juste titre compte tenu du principe de "pas de devoir à la maison") que leur enfant sera à égalité de formation. Ce sera faux, mais on l'aura "caché.

 

"Supprimer les devoirs à la maison accentue les inégalités et introduit de façon sournoise une sélection sur des critères sociaux et non sur des critères de savoir et de compétence.  "

 

Alors que faire finalement ? Les supprimer ou pas ?

 

Pour Patrick Picard, directeur du centre Alain-Savary, de l'Institut français de l'éducation, le travail personnel est absolument néces­saire. «L'apprentissage passe par l'enseignement, mais aussi par l'entraînement, la répétition, les exercices…»

 

Personnellement j'ai toujours connu les devoirs à la maison. J' ai trouvé en tant qu' élève que c' était un bon moyen de revoir ce qu'on avait fait en classe, de renforcer les apprentissages, de partager aussi un moment supplémentaire et différent avec mes parents. Oui c'est vrai, j' adorais faire mes devoirs.

 

Et je prolonge peut être cela avec mon fils. Comme je l'ai déjà écrit, j' ai un peu l'impression de lui transmettre un flambeau et je trouve chacun de ses progrès émouvant.

 

 

Peut être que je changerai d'avis avec le temps, quand il sera dans de plus grandes classes ou que j'aurai à la fois l'empereur et Jajaja assis à la table de la cuisine pour faire des maths ou de la lecture.

 

Mais pour l'instant, je reste pour les devoirs à la maison, à une condition cependant, qu'il n' y en ait pas trop parce que de ce que je lis à droite à gauche sur les blogs ou les réseaux sociaux, la  somme de travail personnelle demandée me semble quand même souvent bien lourde.


«Pour autant, l'école ne doit pas déléguer directement à l'extérieur. Elle doit assurer un continuum et apprendre aux élèves ce qu'il y a à faire en dehors»

 

 

2 français sur 3 sont du même avis que moi, ce qui ne veut pas dire qu'il n'y a pas des choses à revoir. 

 

Et vous ?

 

 

 

Allez courage les  parents, ce soir c'est les vacances !

 


 

 

Source : «Les Devoirs à la maison. Mobilisation et désorientation des familles populaires», Séverine Kakpo, PUF, 2012.

 

Le Figaro.fr

 

L'express.fr

 


 

Ceci est ma petite contribution aux Vendredis Intellos


Commenter cet article

clovis simard 29/01/2013 14:07


-,Maths et anges(fermaton.over-blog.com)

Madame Moustick 28/10/2012 14:47


Je suis tout à fait d'accord qu'on a besoin d'un moment de travail personnel pour assimiler au mieux les notions vues en classe. Maintenant si cela est bien organisé, je trouve que ce serait
super que cela ait lieu en partie à l'école dans un milieu encadré. Ce serait déjà un plus pour les enfants qui se retrouvent seuls à la maison face à leurs devoirs, il me semble.


En tout cas, merci pour ce billet qui pousse à la réflexion.

oops 26/10/2012 22:54


J'ai de très mauvais souvenirs de mes devoirs : aînée de 3, ma mère tentait de me faire réciter les tables tout en donnant le bib à mon frère, pendant que ma soeur lui posait des questions sur sa
lecture... ou faisait la foire pour se faire remarquer.


Au collège : des heures, tous les soirs, à rédiger, apprendre... J'étais plutôt lente, ou plutôt ce n'est pas ma façon d'apprendre. J'apprends plutôt à la façon "Montessori" : en regardant des
photos du matériel de mathématique montessorien en cherchant des activités pour mes filles, j'ai enfin "compris" (entièrement, pas seulement intellectuellement) ce qu'était 1m cube !


En revanche, j'ai fait quelques semaines de "Gymnasium" en Allemagne, et j'ai adoré : les cours finissent à 13/14h maxi, après s'enchaînent les activités (organisées par les profs le plus
souvent) et les devois, qui sont très motivants et implicants. Par exemple, des exposés qui permettent de faire des liens entre plusieurs cours (histoire et littérature), ou qui approfondissent
un sujet étudié en cours, ou des mises en scènes (en cours de langue)... Bref, qui demandent une mobilisation des connaissances sans être de l'ordre des exercices ou du rabachâge. Et souvent à
plusieurs, ce qui limite les difficultés sociales grâce à l'entraide.

Flolasouricette 26/10/2012 15:21


Les devoirs à la maison sont interdits, en principe, et je trouve que dans l'ensemble c'est une bonne chose. Je te donne l'exemple de la famille Doux : Moi instit' en maternelle,je pose Grand
Doux à la garderie à 7h50,  je file au boulot,  je finis de ranger ma classe, je pars entre 17h45 et 18h, Je prends Mini à la crèche à 18h15, Grand chez sa nounou à 18h30, ce qui nous
fait arriver à la maison, dans le meilleur des cas à 18h45... Franchement, je vois pas comment je pourrais caser les devoirs dans cette organisation, à moins de décaler les heures de couche... Et
puis franchement, je préfère jouer et discuter avec mon doudou épuisé (bon, il ne sera en CP que dans deux ans...) plutôt que de le faire bosser et de m'énerver après lui pour un résultat pas
franchement garanti. Relire une leçon, discuter de ce qui a été appris dans la journée, pour moi "les devoirs" devraient s'arrêter là.


J'ai aussi l'impression que dans les familles moins favorisées les devoirs sont vraiment un problème et une grande source d'incompréhension... Lorsque j'ai -rarement- donné quelques
exercices en élèmentaire, j'ai constaté que de nombreux parents faisaient à la place de leur enfant ! D'ailleurs, de nombreuses études montrent l'inefficacité des classiques devoirs à la maison.
Pour moi, le cahier de texte ne remplace pas la communication parents/enseignants.


Pour autant, cela ne veut pas dire que les enfants doivent oublier tout ce qu'ils ont appris dès la porte de l'école. Reste à inventer la façon de permettre aux parents de s'impliquer dans
le travail scolaire de leurs rejetons : heure des parents au sein de l'école, projets communs auxquels les parents seraient associés...

Carole Nipette 26/10/2012 14:45


" Un enfant de milieu dit "favorisé" sera suivi après l'école, soit directement par les parents, soit (à titre rémunéré) par un enseignant ou un étudiant en
quête d'argent - ceci n'est pas un reproche au contraire! -


 


Un enfant de milieu "défavorisé" ne sera pas suivi et les parents penseront (à juste titre compte tenu du principe de "pas de devoir à la maison") que leur
enfant sera à égalité de formation. Ce sera faux, mais on l'aura "caché.


 


je ne suis pas tout à fait d'accord avec ces affirmations qui ne correspondent qu'à des cas particuliers. si tout va bien pourquoi l'enfant serait suivi plus que ça ? je vais pas prendre un prof
juste pour faire bosser encore plus mon enfant... s'il y a un vrai souci, les parents sont au courant, ne pas avoir de devoirs ne veut pas dire que les profs vont arrêter d'alerter les parents en
cas de souci, ça ne veut pas dire qu'il n'y aura pas les cahiers avec les notes ou appréciations...


Au moins les élèves auront fait le devoir à coup sûr, à la maison ce sera éventuellement révision mais pas nouvel exercice par ex... les inégalités existent de toute façon mais elles ne seront
sûrement pas renforcées par le fait que les devoirs soient fait à l'école..

cleanettte 26/10/2012 11:27


Pour ma part je suis assez opposés aux devoirs à la maison surtout les devoirs écrits comme le veulent les textes. ça tombe bien ça a toujours été respecté dans l'école de mes enfants Pour la
lecture, et les apprentissages de leçon a dose raisonnable, je ne sais pas si on peut vraiment tout faire à l'école mais pour les parents qui ne peuvent récupèrer l'enfant qu'après 18h, c'est
inhumain (autant pour les parents que les enfants)de leur demander de faire encore en plus les devoirs surtout si il y en a pour plus d'1/4d'h.


Pour ce qui est de savoir ou en est l'enfant, ce qu'il étudie, etc... ici nous avons toujours eu le cahier du jours tous les 15j en moyenne: c'est emplement suffisant à mon gout.

Clem la Matriochka 26/10/2012 10:35


Ah bah tu vois, je me disais plutôt que les devoirs à la maison c'était pas terrible (je ne l'ai pas encore vécu avec mes enfants cela dit) mais tes arguments sont très intéressants ! Merci



J'aime l'idée que cela crée un lien avec l'école. C'est vrai que ça permet de voir où en est son enfant et de partager un moment avec lui, différent des autres. 


Je me demande si on ne devrait pas recruter des bénévoles pour aider les enfants et les parents qui ne le peuvent pas à la maison directement. C'est un peu utopique mais ça rendrait service

Marie Grain de Sel 26/10/2012 09:55


Bon... moi je n'en suis qu'à découvrir la petite section, pour l'instant. mais je suis assez d'accord avec toi : les devoirs c'est une manière de partager ce que fait l'enfants à l'école; de lui
donner un peu de nous; de participer à sa vie en lui transmettant ce qu'on peut (pour les maths, perso, il vaudrait mieux pour mes enfants qu'ils demandent à une autre personne parce que si c'est
moi qui le transmets ça ne va pas être triste...). En même temps, il y a sans doute un juste milieu à trouver entre pas du tout et trop. Ils passent déjà presque 8 heures par jour à l'école, à
travailler, donc. Un peu de devoirs, je suis d'accord, mais pas la peine de les assomer à la maison alors qu'une fois rentrés, ils ont besoin de se reposer et de partager aussi d'autres choses
avec nous (ou de jouer seuls peinards dans leurs chambre, ok). Voilà ce que j'en dis !Mais ça bouge tellement en ce moment l'éducation nationale !!! parfois ça m'angoisse !

gateaux rigolos 26/10/2012 09:46


avec trois enfants à la maison dont 2 collegiens , j 'ai un avis plus mitigés sur les devoirs. Je suis d'accords sur le fait que les annuler completement n'est pas un bonne chose car il est
important d'avoir une visibilité direct sur les lacunes de son enfant.


mais je me met a la place de ces petits bouts de chous qui sorte du centre de loisir chaque jours vers 19 h et qui doivent faire leurs devoirs entre deux parents qui doivent être debordés aprsè
un longue journée de travail. ils doivent se coucher bien plus tard que d'autre et doivent être épuisés. 


il y a parfois des devoirs ecrits bien trop long surtout pour les eleves plus lents et ayant des difficultés. cela renforce les inegalités et la mauvaise estime de soi. je parle en connaissance
de cause. la ou un enfant met 15 min a faire un devoir un autre mettra une bonne heure surtout s'il n'a pas la chance d'petre épaulé par un parent. je trouve donc ça bien que les devoirs soit en
partie fait a l 'ecole avec à la maison qlq revisions et exercices oraux rapide. s'ils etaient moins longnles parents s'y investirait plus je pense.


j 'ai fait jusqu'au 1h30 de devoirs en cm2 avec mon fils l'an dernier une horreur, il en pleurait le pauvre! 

Céline☼ 26/10/2012 09:07


Je n'ai pas tout compris sur cette histoire de devoirs qui se feraient à l'école (et pas suivi l'actualité ces derniers temps aussi). Ça serait payant ?


Sinon, sur le principe des devoirs à la maison, je suis entre deux eaux. C'était dur pour ma fille l'année dernière en CP, la maîtresse donnait pas mal de devoirs et ça lui faisait une grosse
charge à la maison. Je n'ai pas ce problème cette année avec le petit frère puisqu'il sait déjà lire (ouf pour moi).


Je crois que dans les petites classes de l'élémentaire, il faudrait vraiment que les devoirs le soir soient limités à une petite page de lecture et éventuellement quelques lignes de poésie, mais
pas tous les jours.


Juste histoire d'habituer doucement les enfants à cette notion de devoirs. Le passage entre la maternelle et le CP est trop hard pour eux.


Comme cela, les enfants des familles dites défavorisées (parents pas impliqués ou qui ne parlent pas vraiment la langue) seraient moins lésés.


Bon de toute manière, c'est un peu une question insoluble


 

Soma 26/10/2012 08:23


Je suis plutôt de ton avis également.
Supprimer les devoirs serait aussi rajouter un rôie supplémentaire à l'école & à en retirer aux parents... Je crois que les parents ont aussi leur rôle dans l'apprentissage de leur enfant
& participer aux devoirs est une manière d'être responsable de son enfant.
Alors oui, il y a des parents qui bossent comme des malades. Je fais partie de ces adultes qui ont eu une enfance speed le soir : devoir à faire chez mamie ou nounou ou à l'étude, retour à la
maison tardive, douche, diner, etc... Oui, c'était la course, mais j'ai appris à faire mes devoirs...
Sans devoirs à la maison, des parents décrocheront du suivi de la scolarité de leurs enfants... Aider à faire les devoirs, c'est aussi une manière de s'y intéresser, car il y a un but.

script>