Cet enfant là, je n' ai pas le même à la maison

  Sans titre 2-copie-1

 

 

Mon fils aimait aller à l' école. Pour lui la petite section a été comme une révélation. N' ayant jamais été en collectivité avant et malgré des débuts un peu difficiles, il a découvert les autres, s'est intéressé à toutes les activités proposées par la maîtresse, il était vraiment épanoui.

 

L' an passé, il y a eu quelques passages à vide, liés notament à l' arrivée de son petit frère mais toujours il avait gardé cet intérêt, cette joie de retrouver ses copains, de dessiner, la vie de la classe lui plaisait toujours.

 

Et cette année, tout est devenue difficile. pas tant au départ malgré le constat qu' il a des problèmes de motricité fine, mais surtout depuis le début 2012 et encore plus depuis le retour des vacances de Février.


D'un petit garçon qui limite se languissait que les vacances se terminent, qui était fier de ce qu'il faisait en classe, je me suis retrouvée avec un empereur démotivé qui me répète désormais chaque matin qu'il ne veut plus aller à l' école, qui a du mal a se mettre au travail en classe.

 

Alors on discute toujours beaucoup, pour moi le dialogue reste la clé de voûte de nos échanges, mais voilà quand ça va plus loin et que la maîtresse a un truc à me dire chaque lundi quand je vais le chercher pour aller chez la psychomotricienne, me dit qu'il était agité, qu'il poussait ses camarades et qu'il était agressif, le problème s' emplifie. Ce n' est pas la première fois qu' il sort un peu des rangs mais d'habitude ça s' arrange tout seul et tout va mieux très vite. Mais là ça dure, ça m' inquiète, moi, Zozo, la maîtresse...

 

Je suis contre toute forme de violence, la violence me met en colère et que ce soit mon fils n' y change rien. J' étais tres fâchée contre lui hier et j' ai essayé une fois de plus de lui expliquer, de comprendre pourquoi.


Je sais qu'il ne n' arrive pas bien exprimer ses sentiments à l' oral, qu'il est sensible, qu'il perd vite ses moyens et que la moindre difficulté est pour lui un obstacle immense, mais je ne peux en aucun cas justifier son attitude de ces derniers temps à l' école.

 

La seule chose qui me contrarie c'est qu' a la maison, ce n'est pas le même petit garçon. je ne dis pas qu'il n' a pas de défaut, qu'il ne fait jamais de caprice ou ne pique jamais de colère mais à l' école...

 

Ce n'est pas le grand frère qui cherche toujours à faire rire son petit frère aux éclats.

Ce n' est pas celui qui me dit toujours je t'aime et qui cherche toujours les câlins

Ce n 'est pas l' empereur qui adore partager avec moi les séances de brossage de dents

Ce n'est pas le petit fils qui adore tellement son papy, qui le prend pour modèle

Ce n'est pas le curieux qui passe de longs moments à regarder des livres et à me poser mille et une questions

Ce n'est pas l' enfant qui me ramasse toutesles fleurs qu'il trouve a la première occasion pour me les offrir

Ce n 'est pas le garçon sociable que je vois jouer avec des copains du moment au parc

Ce n'est pas mon fils tel que moi je le vois évoluer

 

Alors je cherche, on cherche. Qu'est ce qui peut bien faire qu' a l'école tant d' agressivité se révèle être en lui ? Pourquoi y va t-il maintenant à reculons ?  Et jusque là, ni la maîtresse, ni moi n' avons trouvé la réponse.

 

Alors oui la sortie de la classe le soir est un peu devenue une épreuve ou  on se demande ce qu'on va nous dire, si on va le voir assis tout seul puni sur une chaise ou au milieu des autres enfants.

 

Agressivité, démotivation, cette année scolaire est particulièrement difficile et elle n' est pas finie. J' avoue que je me sens déconcertée, désemparée même à certains instants, mais Zozo est là pour me redonner de la force " On fait tout ce qu'il faut " m' a t-il dit hier soir. Et il a raison, mais quelle frustration de voir que pour le moment ça ne suffit toujours pas.

 

Comme j' ai l' habitude de le dire quand je parle de l' empereur, là encore on ne lachera rien, on va avancer ensemble, comprendre et j' espère trouver des solutions. Il le faut, surtout pour lui, qui sera toujours, qui est déjà catalogué par les enseignants mais aussi par les élèves et je trouve ça triste pour lui.

 

Hier matin pour le motiver nous sommes allés à l' école en vélo, il était tellement heureux que j' espère qu' a force de petites attentions comme celle ci ça ira mieux.

 

Toujours là pour lui telle est et telle restera ma devise

Commenter cet article

Fée Mains 01/04/2012 21:39


Et bien une fois de plus j'ai l'impression de lire mon histoire en lisant tes posts !!!! Que dire ???


Oui on avance, oui la vie à l'école est parfois compliquée pour l'empereur, oui la sortie d'école est stressante pour toi...je le sias pour l'avoir vécu toute la maternelle et toute la primaire
(alors moi ça a commencé en petite section "votre fils il préfère rester au coin bibiothèque que d'aller au toilettes avec les autres" ...ben oui et alors il a le droit de ne pas faire pipi à
heure fixes non ??)


MAis le point positif c'est qu'un jour et bien on rencontre les profs et on entends "Il est génial c'est un élève interessant et intéressant qui a une énorme culture générale" ou encore "Votre
fils je voudrais le cloner il est vraiment parfait"....peut être pas quand même !! lol


VOilà tout cela pour dire qu'un jour ça s'arrange !!


Au fait si ce n'est pas indiscret vous en êtes pour le test  ?

isa-monblogdemaman 29/03/2012 09:42


La question est peut-être plus "Que dit il avec cette violence" que qu'en dit il ? Il exprime quelque chose mais quoi ?


Dans tous les cas, j'aime bien tes billets qui parlent avec le coeur et qui me montrent l'envers du décor. D'une certaine façon, c'est plus facile d'être la maman du petit garçon qui se fait
taper que de celui qui tape car on n'est pas montrée du doigt. Dans tous les cas, on s'inquiète pour nos petits.

Madamezazaofmars 30/03/2012 20:40



Il dit qu'il ne fait pas expres, que c'est souvent son meilleur copain qui veut se battre, il a l' air perdu. Nous voyons la maitresse mardi matin pour faire le point.


Et finalement, je crois que rien n' est plus facile et que come tui le dis si bien, on s' inquiete de toute façon



Elsa B 28/03/2012 20:45


Remoi, merci pour ta réponse :-) En lisant les autres commentaires, je pensais aussi à une chose... entre 5 et 8 ans (mes enfants ne l'ont pas fait au même âge), il y a aussi ce que l'on appelle
communément "la crise d'Oedipe" (mais c'est plus large, cela a surtout rapport avec la mort) et les enfants la vivent plus ou moins bien, plus ou moins intensément, parfois on ne voit rien et
parfois, comme pour mes enfants, cela nous amène chez le psy. L'aîné en a fait une bonne en GS, il avait la mort dans la tête, problème de sommeil, passage en contrôle alimentaire (il ne
s'alimentait plus le soir, voire il se faisait vomir... il avait 5 ans... yeah !). Le plus jeune l'a faite... en CE1, à 8 ans, terreurs nocturnes, cauchemars où son frère se faisait tuer,
insomnie, cette crise était d'ailleurs plus liée à son frère qu'à moi... couper le lien avec son frère... accepter de grandir... Bon, Milo aime bien faire les choses en décalé (écrire sur les
murs à 5/6 ans alors qu'on fait ça à 3 ans, etc.)... voilà, dans sa tête, l'empereur a peut être, aussi, des émotions difficiles à gérer de cet ordre là... et du coup, ça fait beaucoup... la
piste psychologique avec bilan et plus si nécessaire... quand on trouve le bon praticien, franchement, j'ai vu des changements incroyables : une élève de GS qui au retour des vacances de la
Toussaint s'est mise à pleurer le matin, l'après-midi, en récréation, ne me lâchant pas... un jour, désemparée, je suis allée trouver la psychologue scolaire et là, en 15 minutes, en posant les
bonnes questions, elle a su trouver la source de l'angoisse (décès du grand père en septembre...), elle a su mettre les mots pour la rassurer, pour l'aider à grandir... j'ai vécu un grand moment
puisque j'ai assisté à l'entretien... ce qui ne veut pas dire que je puisse le faire, en tant que maîtresse, en tant que maman... on n'a pas la bonne posture...

McdsM 28/03/2012 15:55


Une année scolaire: c'est lui, les autres, une maîtresse, du travail et la maison qu'on laisse ... Il y a quelque chose qui ne passe dans ce coktail et ça l'agite. Ce n'est
peut-être pas l'école qui pose problème mais tout bêtement qu'elle oblige à quitter la maison où un frère reste avec maman alors qu'il doit pour se coller à des tâches plus
exigences pour 'grandir' . Le curseur va bouger quand N°2 ira à l'école et que N°1 va découvrir les richesses de la lecture-écriture !  Aies confiance en lui, en toi , en vous
tous ...

Madamezazaofmars 28/03/2012 20:29



Merci pour ce message positif et tes explications qui me semblent assez justes



nessa:0091: 28/03/2012 13:54


excuses moi du terme mais le système français ets nul à chier et ça ne m'étonne guère ...je te conseille le livre "une petite fille à la fenêtre " même si tu as un ptit gars je l'ai acheté à
Nature &D je te mets le lien du net http://www.amazon.fr/Totto-Chan-petite-fille-%C3%A0-fen%C3%AAtre/dp/2266166050  perso je rêve des écoles
montessori, steiner...où il n'y aurait pas toute cette violence , compétition ...    une fois le livre fini j'aimerai le prêter à la maîtresse de mon fils mais sûrement qu'elle le
prendra mal ...ou pas ?? :-/

Madamezazaofmars 28/03/2012 20:28



Merci pour le lien ,je vais voir ça



Marjoliemaman 28/03/2012 13:01


que c'est difficile d'être parent dans ces moments-là. Que t'en dit-il, lui de cette violence ? Mille baisers.

Madamezazaofmars 28/03/2012 20:28



Pas facile en effet mais lui dit qu'il ne fait pas expres



Little Cocoon 28/03/2012 11:44


Ton article me parle bcp car je me pose les mêmes questions. Ma fille de 4 ans 1/2 qui est en MS voit depuis quelques semaines une ergothérapeute, suite à la demande des maîtresses qui avaient
noté des difficultés au niveau de la motricité fine depuis l'année dernière. Elle dessine plutôt mal, dû à une mauvaise position des doigts sur ses crayons, comme si elle n'avait pas de force
pour les maintenir correctement, pour l'écriture c'est pareil, forcément...
Elle adorait l'école jusqu'à il y a quelques mois, début d'année, elle préfèrerait rester avec moi, c'est ce qu'elle me dit. Elle ne veut plus faire de sieste, mais de toute façon ils sont passés
à une sieste un jour sur 2. Quand j'en ai parlé à la maîtresse, elle me dit qu'elle ne voit pas pourquoi, qu'elle n'a pas remarqué de changement dans son comportement : elle est assez réservée,
elle joue tjrs avec les 2-3 mêmes "copains". En classe, elle bouge assez mais elle est "gentille" (ce sont les mots de la maîtresse). Elle a du mal à rester concentrée sur une même activité, elle
est tjrs partante pour commencer une activité mais se sauve tjrs avant la fin. Elle parle peu à sa maîtresse, vient lui dire des petites choses de temps à autres mais jamais quand c'est
la maîtresse qui le lui demande. Et elle est assez "sensible", se vexerait pour pas grand chose. Par contre, elle est plutôt du genre à se faire malmener, qu'à agresser, elle ne riposte pas. Et
parallelement à ça, à la maison, elle est super vive, presque turbulente, à toujours parler. Bref, 2 attitudes completement différentes.
La maîtresse m'a interceptée il y a quelques jours pour me proposer de la prendre en séance d' "Aide personnalisée" 2 soirs dans la semaines, c'est ce que j'appelle du soutien... Le but est de
"devenir élève", par le biais de petits jeux par groupe de 5. Les activités proposées pendant cs séances d'une heure après la classe (de 16h15 à 17h15) doivent les aider à se concentrer,
rester sur une même activité du début à la fin... Ca fait toujours quelque chose d'entendre dire que son enfant a besoin de plus d'attention qu'un autre car il a des difficultés mais je me dis
qu'il ne reste qu'un an 1/2 avant le CP, et que tous les moyens sont bons pour qu'elle s'améliore à ce niveau là... J'ai même proposé à la maitresse (même si ça m'arrache la tronche) de la
maintenir une année supplémentaire à l'école maternelle si elle pensait que c'était necessaire. A la rigueur, je préfère qu'elle rentre au CP avec un an de retard plutôt qu'avec des lacunes
difficilement surmontables...
Désolée pour le pavé, mais ton article m'a inspiré !

Madamezazaofmars 28/03/2012 20:27



AU contraire, merci d' avoir partagé tout ça, je m' y retrouve aussi



Madame Moustick 28/03/2012 11:15


Oh comme je te comprends ... où en êtes-vous sur la piste de la précocité ? En tout cas, je vous souhaite à tous du courage.


Petit message d'espoir : pour avoir été dans une situation similaire, ça va mieux donc ce n'est pas définitif.

Madamezazaofmars 28/03/2012 20:26



merci pour cette note d' espoir



sun 28/03/2012 10:28


On voudrait tellement tout résoudre vite qunad on se met à quelque chose mais ça prendra du temps.


PetitTonerre était difficile petit et à l'école, la mâitresse m'a souvent interpelée aussi. C'éatit en moyenne et grande section, une femme très intelligente et elle snetait que derrière son
attitude provocatrice il ya vait de la souffrance. C'est génial quand on rnecontre des maitresses  qui se penchent sur l'enfant sans juger. PetitTonnerre voudrait toujours être mis en avant
et ça on ne se l'explique pas. On ne l'a jamais brimé, fait taire mais toujours ce sentiment qu'il n'en a aps assez. Alors quand il ya des conflits avec les copains et qu'il se snet en
faiblesse, tu imagines son état.


Bref les années passent et des choses se résolvent. le psy cette année nous a aidé. Au moins dans le sens où il a provoqué beaucoup de discussions encore et toujours et de remise en questions de
PetitTonnerre (à 11 ans... :( )


Comme ton fils, il ets très intelligent et ces enfants sont souvent trop conscients de trop de choses , et cela affaiblit leur moral je pense.


Tout ça pour dire que voilà zozo a raison, vous êtes là ! Vous faites tout ce que vous pouvez et c'est l'essentiel. Si tu savais tous les élèves que je vois, qui auraient bien besoin d'êre
épaulés par leurs parents.. Alors quoi que vous fassiez, du moment que vous continuez à vous soucier de lui, à parler, vous l'aiderez quoi qu'il en soit.


Bisous


 

Madamezazaofmars 28/03/2012 20:26



Merci pour ton commentaiure qui m'a beaucoup touché



Flannie 28/03/2012 09:34


Comment ça se passe avec les camarades dans la classe et à la récré ?

Madamezazaofmars 28/03/2012 20:25



Il n' a pas beaucoup d' amis et je ne sais pas si ça se passe a l' école mais c'est un enfant qui se vexe facilement et qui a horreur d' échouer devant les autres



helene d'avril 28/03/2012 09:29


n'est il pas en conflit tout simplement avec lui même ?


il grandit et ne le souhaite pas ...


comme tu le signalais ne sent il pas différent par rapport aux autres et cela pourrait correspondre à son agressivité envers les camarades de classe ...


l'école l'ennuie aussi peut être comme tu le soulignais ...


une mini crise d'adolescence en gros


il souhaite aussi te protéger et ne te dit pas tout.


même si la parole est importante et qu' il faut tout dire  (idem chez moi la parole est d'or )


un rdv avec une psychologue pourrais peut être faire décharger les tensions qu'il a en lui . 


voici mon ressenti en lisant ton post .


agréable journée  

Madamezazaofmars 28/03/2012 20:24



Je suis assez d' accord avec tous les points abordés dans ton commentaire



Celine Walea 28/03/2012 09:25


c'est triste pour ton petit bonhomme. Mais il n'a pas changé, c'est toujours le même. Je crois que sa sensibilité est très grande, ses émotions sont fortes et il les exprime de cette façon. Il
apprendra en grandissant grâce à toi qu'ilpeut agir autrement. tous les enfants n'évoluent pas de la même façon, c'est lepb à l'école qui a tendance à tout uniformiser. Les autres enfants ne
l'embêtnent pas ? On a aussi eu droit aux convocations des maîtresses, aux remarques, limite le renvoi. L'année dernière mon fils appelait sa maîtresse la sorcière, c'est te dire l'ambiance...
cette année ça va mieux. Il a grandi, la maîtresse le comprend mieux aussi. Parfois c'est juste une question de temps.

Madamezazaofmars 28/03/2012 20:24



Oui c'est ce que je me dis aussi, le temps, mais en attendant j' aimerai qu'il se sente mieux



Alice 28/03/2012 08:54


Ha zut.. pauvre Zaza. Il ne devait pas voir une psy? elle pourrait vous aider à comprendre aussi,non?

Madamezazaofmars 28/03/2012 20:23



Il ne l'a pas encore vu, les délais sont longs mais il est suivi de toute façon



Le journal de Chrys 28/03/2012 08:27


Courage Zaza!!!!

Madamezazaofmars 28/03/2012 20:23



Merci Chrys, on en a plein, j' espere que ça suffira



Béatrice 28/03/2012 08:24


Plein de bonnes ondes pour trouver ce qui bloque un peu votre Empereur ; parfois ce n'est pas grand chose ! Des bises !

Madamezazaofmars 28/03/2012 20:23



J' espere que ce ne sera pa sgrand chose, merci Bea



Elsa B 28/03/2012 07:56


Il faut du temps... et je crois que c'est un des aspects difficiles, il faut de la patience, tout en contrôlant son inquiétude... car le temps passe, le CP arrive... je ne le vis pas en tant que
maman, je le vis en tant que maîtresse, avec un enfant en grande souffrance psychologique, qui par moment va un peu mieux, puis rechute, qui est soigné (mais est-ce les bons soins... oui m'assure
le CMP... non me dit l'hôpital de jour, c'est chez nous qu'il devrait être...) Et à cause de "ce blocage" pour rester sur des mots corrects, j'ai un enfant, qui n'est pas encore élève, qui pour
l'instant va aller au CP... sans qu'on ne sache de quelles aides il va pouvoir bénéficier...Il a une "dada" pour s'inquiéter pour lui, mais c'est une maman d'accueil, qui n'a finalement que peu
de "place" dans les choix, si ce n'est l'amour qu'elle lui porte... des maîtresses qui s'inquiètent pour lui. Sur mes jours de classe, j'ai dit qu'on pouvait de nouveau le prendre à plein temps,
hier fut une journée éprouvante, mais je n'ai pas eu le temps de m'occuper de lui car j'avais des évaluations, et oui, encore et toujours, à faire passer aux autres enfants... et c'est de ça
aussi dont je voulais parler... on est à une période où malgré nous (les enseignants de GS), malgré tout, la GS se transforme en une sorte de mini CP, des exigences de plus en plus fortes, des
maîtresses qui malgré elles (je me mets dedans) augmentent un peu la pression, ont des difficultés à faire rempart de la pression qu'elles ressentent elles-mêmes (rendez-vous compte, le CP
l'année prochaine ! et suivant l'école où l'on est, s'il ne sait pas lire en fin de CP, il n'aura pas vraiment de rattrapage possible en CE1, malgré tous les beaux discours sur le fait qu'on a 3
ans (de la GS à la fin de CE1) pour apprendre à lire)... et tout ça, peut-être que l'empereur le ressent, malgré la bienveillance de la maîtresse (en tous les cas, c'est l'impression que j'ai en
te lisant), le mal-être s'amplifie, cette impression de ne pas pouvoir se couler dans le moule devient de plus en plus forte... alors, on se défend, soit on se renferme, on s'inhibe, soit on
s'exprime par l'agitation, la violence... et ça nous désole, parce que malgré les mots, les paroles, la communication qu'on instaure, on ne voit pas immédiatement les progrès... mais c'est là
qu'il faut du temps, de la patience... oui, stigmatisé par les enseignants, les autres enfants... mais j'aime à croire que l'attention qu'on lui porte, plus qu'une stigmatisation est nécessaire
pour ne pas le laisser sur le bord du chemin et trouver une solution, même si elle met du temps, des années... hier soir, je suis allée voir un documentaire sur le travail des rééducateurs de
RASED (réseau d'aide aux élèves en difficulté au sein des écoles)... et c'est un des points qui est ressorti : du temps, du dialogue, de la communication... courage, tout ceci finira par porter
ses fruits et en attendant, il faut peut-être trouver des aménagements pour limiter la souffrance de l'Empereur (ne pas avoir les mêmes exigences, ne pas demander le même travail, déplacement en
donnant la main à la maîtresse, etc.)... bon, j'ai encore fait un grand blabla... mais voilà, ça me parle, ça me touche...

Madamezazaofmars 28/03/2012 20:22



Moi c'est ton commentaire qui me touche et je te remercie toujours et encore pour tes mots, pour les expériences que tu partages



lexou 28/03/2012 07:38


pas évident en effet, pas facile de trouver le pourquoi de son attitude, et parfois c'est un tout petit rien qui fait tout déraillé!en tout cas bonne idée de changer un peu les habitudes et d'y
aller en vélo par exemple!essaie de trouver d'autres idées sympas, même si ce n'est pas facile, et puis il va peut être finir par te dire quelque chose qui puisse expliquer la situation.Un de ses
copain l'a peut être vexé?La maîtresse ne l'écoute peut être pas assez?

Madamezazaofmars 28/03/2012 20:21



J' ai déjà réussi  a lui faire dire qu'un nouveau copain s' était glissé dans le binôme qu'il forme avec son meilleur copain depuis la petite section, je pense que ça le perturbe



script>