Comparer c'est bien pour les prix mais pas pour les enfants

Jajaja-abbaye.jpg

 

Je sais que je ne devrais pas, qu'il ne faut pas le faire, qu'avant d'avoir Jajaja j'avais des idées bien arrêtées sur la question et pourtant...

 

  Depuis peu, quand j' ai peur pour lui , je fais une chose parfois dont je ne suis pas très fière, je compare mon fils à d' autres enfants. A son grand frère d'abord forcément puisque c'est ma principale référence. Et ils sont tellement différents. Quand l' un avait tout misé sur le langage, l' autre est tellement à l' aise dans son corps. Je sors les carnets de santé, examine les courbes et les remarques. Ça ne m' inquiète pas mais j' ai besoin de faire le parallèle entre mes deux enfants.

 

Selon Christel Petitcollin, dans ces moments là, je chercherai à me rassurer sur les capacités de mon fils et sur les miennes à l' élever correctement : " Comparer, nous le faisons souvent sans même nous en rendre compte. Nous l’utilisons instinctivement lorsque nous ne parvenons pas par nous-même à évaluer nos opinions ou nos capacités. Ces parallèles servent à se rassurer sur le développement de notre enfant et par la même occasion sur nos propres qualités d’éducateur. "

 

Évidemment que quand je constate qu'il ne fait pas certaines choses alors que d' autres enfants de son âge les font, je ne le remets pas en cause lui mais bel et bien la manière que j' ai de l' élever, de l' accompagner.

 

Selon la psychologue et psychothérapeute Isabelle Filliozat, " les comparaisons sont  pourtant toujours toxiques.Elles empêchent l’enfant de se construire dans un rapport juste à sa réalité et à son identité. Qui est-il, indépendamment des autres, et comment progresse-t-il dans ses apprentissages ? Voilà ce qui compte. Les enfants sont déjà tentés de se confronter aux autres et de se définir en opposition à leurs frères et sœurs, inutile d’en rajouter ! " .

 

Je le sais pourtant, j'en ai même peut être déjà souffert moi même.

 

Et  chaque jour j' ai beau me dire que les enfants sont tous différents,  je ne peux m' empêcher parfois de recommencer. Pas automatiquement avec son frère, mais avec des enfants aperçus au parc ou encore plus facile, avec les enfants des mamans de blogs que je lis au quotidien. Et là je panique...

 

Je culpabilise et je me dis que ce n'est pas ce genre de comportement qui va nous faire avancer mon fils et moi. Le laisser se construire, évoluer, autant de choses qu'il me semblait avoir intégré pour constater en fait que je rechute quand je recommence les comparaisons.

 

Il faut que je me rappelle chaque jour que chacun avance à son rythme et de façon unique, que cela n'enlève en rien la valeur de chacun et qu'étant uniques, les enfants fonctionnent tous à leur manière...

 

Il a forcément des qualités que les autres n'ont pas... il a forcément des défauts que les autres n'ont pas...

 

La personnalité de chacun, petit ou grand, ne se résume pas à ce qu'on sait faire ou pas, à un  trait de caractère particulier

 

Et il ne faut pas que j'oublie que moi aussi j' ai changé. Je ne suis pas mère de la même manière. j' ai évolué, pu corriger certaines erreurs pour mieux en faire de nouvelles.

 

. ""Nous ne sommes jamais père ou mère de manière identique pour deux enfants, et qu’ils ne sont pas des clones ! Il serait plus judicieux de prendre en compte leurs besoins respectifs pour mieux y répondre".

 

 

 Revenir à mes fondamentaux, faire d'eux des êtres uniques, accepter le temps qu'il faut, les différences, et se rassurer autrement qu'en les comparant, en les aimant tout simplement.

 

 


 

Source : Bien communiquer avec son enfant, Christel Petitcollin, éditions Jouvence

http://www.psychologies.com/Famille/Enfants/Epanouissement-de-l-enfant/Articles-et-Dossiers/Je-ne-peux-pas-m-empecher-de-le-comparer-aux-autres


 

Ceci est ma participation un peu à l'avance aux Vendredis Intellos

Commenter cet article

la farfa 28/07/2012 10:07


J'en ai souffert enfant, de ces comparaisons avec mon grand frère... Je sais que ma mère pensait bien faire, mais c'est vraiment dur. Du coup, j'avais très peur qu'elle fasse pareil avec la
petite souer et je passais mon temps à lui dire "surtout, tu compare pas ses notes avec nos vieux bulletins hein! ca sert à rien!" ^^
Ca m'a tellement marqué que je pense ne pas comparer mes enfants entre eux plus tard (pour le moment, y en a qu'un, mais c'est bien chiant quand les autres le comparent à d'autres enfants déjà...
^^')

Mme Déjantée 27/07/2012 16:48


Comme je disais sur le blog co et que tu as reprécisé toi même au fil de tes réflexions, je crois que ces comparaisons révèlent surtout notre envie de nous appuyer sur notre expérience dans le
but de mieux faire... 


Tu as raison de le rappeler, elles sont toujours nocives parce qu'elles contiennent toujours une part de jugement normatif et parce qu'elles enferment les enfants dans des rôles dont il est
parfois bien difficile de se défaire...


Ceci étant, j'ose croire qu'il est possible de parler de son expérience passée d'une façon qui ne soit pas toxique pour nos enfants... quand nous relatons celle-ci sur nos blogs ou ceux des
copines, nous disons souvent: j'ai vécu cela, j'y ai répondu de telle façon... peut être est-elle là d'ailleurs la solution, se recentrer sur son propre vécu plutôt que sur les "performances" de
son enfant... 

Soma 27/07/2012 15:36


Oui, j'arrive petit à petit que ma fille apprendra & saura en temps voulu...
Je la vois grandir, se développer... et c'est le plus important :)
Je peux comprendre qu'ayant 2 garçons, il est encore plus aidé de vouloir comparer... arriver à se convaincre qu'ils st différents & évoluent différemment :)

Mamanwhatelse 27/07/2012 12:00


tu dois bien te douter qu'avec un Mister E. un peu différent côté taille, j'ai vite cessé de comparer....
Et j'ai vite réitéré ce comportement avec Little B.... marche à 19 mois, bien loin de tous ses petits copains, langage quasi nul (papa/maman/barbapapa)....
mes enfants sont différents et c'est ce qui fait leur force de caractère!! 

FoxyMama 27/07/2012 11:42


Constater des différences n'est pas forcément comparer. Perso, dans la comparaison je sens plutôt une note "critique". Chaque enfant est différent c'est établi mais je suis 100% ok avec la phrase
"judicieux de prendre en compte leurs besoins respectifs pour mieux y répondre". Les différences sont la richesse de tes enfants.

MissBrownie 27/07/2012 11:30


Je crois qu'on est toujours tenté de comparer :-/ J'ai beaucoup de mal à ne pas comparer Chupa et TiBiscuit, sans pour autant émettre un jugement, juste pour constater.


Enfant, ma soeur a toujours voulu marcher dans mes pas. Elle tentait toujours de faire aussi bien que moi. Je ne sais pas si cela l'a boosté ou si elle en a souffert mais je crois que c'est
surtout elle qui comparait plus que ma mère. Enfin je me trompe peut-être ...

Alice 27/07/2012 10:25


Ernest et Octave sont nés quasiment avec 3 ans jour pour jour de différence. Je suis obligée de comparer, c'est trop tentant mais je m'oblige à freiner ça justement..

McdsM 27/07/2012 10:21


On le fait tous 'comparer', on est donc tous toxiques ! Eh bien, si on le fait c'est que la nature humaine nous y pousse. Bon et alors, le tout est de la savoir et de s'arrêter à temps
... Zaza, l'enfant unique que tu étais, n'en revient toujours pas d'en avoir fait deux !  Je comprends mieux pourquoi n° 2 ne dort pas bien, il sent que tu es anxieuse de ne pas y
arriver. Cool, mum ça va aller ... Même 28 ans plus tard, la semaine dernière, nous, parents, on en a pris plein la figure ! J'ai décidé de mettre de la distance avec les questionnements.
           

Mam' Plume 27/07/2012 09:09


Merci pour ton article.


J'ai qu'un enfant pour l'instant, mais je ne peux pas m'empêcher de regarder les autres enfants. Même si je sais que la mienne se développe correctement, j'en ai besoin pour me rassurer. Je pense
que c'est normal... Mais il ne faut pas que ça devienne une obsession où que ça pèse sur ses épaules.


La mienne crapahute, se met debout, escalade, mais elle commence tout juste à faire babababa... C'est un fait! Point, je dois m'en tenir à ça et pas stresser parce qu'elle devrait déjà faire ci
ou cela. 


Oui, c'est un être unique, avec sa progression à elle... mais en tant que parent on a besoin de se rassurer...

Maman Crotte 27/07/2012 06:32


Et Merci pour ton article :-)


Très bien écrit. J'ai pris beaucoup de plaisir à te lire.

Maman Crotte 27/07/2012 06:31


Et bien moi, j'AIME comparer. Qu'on me jette la pierre ^^


Bon, dis comme ça, c'est pas top-top. Petite explication s'impose...


Quand j'ai eu le grand, je ne me suis jamais posé une seule question. Je n'ai jamais comparer avec les autres enfants. Tout naturellement, je n'y pensais même pas. Pourtant, avec le recul,
j'aurais pu me poser milles questions. Entre sa vision du divorce d'avec son père, et les différents soucis qu'il a eu (la propreté très tardive, la timidité maladive, et le refus de parler, ...)
J'ai simplement fait confiance à mon fils. Et tout s'est fait petit à petit.


 


Et puis... Les Jux sont arrivés. On m'a dit toute la grossesse qu'il s'agirait de vrais jumeaux. L'horreur. Milles Questions. Mais comment je vais les distinguer ? Parait que ça se sent ? Que
c'est naturel ? Et si je ne les reconnaissais pas. J'avais organisé tout à la maison dans cette perspective. Jusqu'à imaginer un tampon sous les pieds... J'ai honte !


Et puis, finalement, ça a été des faux jumeaux. J'ai tout d'abord été un peu déçue (l'idiote ^^), puis j'ai commencé à les voir individuellement.  "Oh, tu as vu, Jules prend sa tutute ! Mais
pas Alexandre...", et des "Oh mais c'est marrant ça, Jules est un lève tôt, couche tôt comme moi, et Alexandre tout l'inverse, comme Papa !" etc etc etc


J'aime mes enfants par leur différence. Je m'éverveille tous les jours dans la comparaison. Mais une comparaison positive. Jamais d'inquiétude, jamais de stress sur tel point ou telle
chose. 


 


Je crois que c'est comme tout, comme la vie. La différence est belle, la comparaison nous permet de le voir. A nous de ne pas nous en rendre malade. De simplement savourer.

estelle 27/07/2012 00:56


j'avoue être souvent comme ça avec la deuxième mais voilà, où tout "roulait" pour la première, c'est complètement différent pour le deuxième


j'ai tendance à me projeter en arrière, peut être parce que je vis mal qu'elle ait parfois un caractère difficle, qu'elle fasse des crises on ne sait souvent pas pourquoi, qu'elle soit dure au
quotidien 


du coup, inconsciemment je me projette sur la grande, puis je me dis que peut être je me suis trompée, j'ai pas fait ce qu'il fallait


c'est pas toujours évident.... puis ça passe et je me dis que chaque enfant est différent, là où la grande n'extériorisait pas quand ça n'allait pas, la petite c'est tout le contraire

Flolasouricette 27/07/2012 00:55


Eh oui, bien d'accord, avec toi... Et pourtant, moi aussi, je compare. Dur d'échapper à nos schémas de pensées, mais je me dis qu'en prendre conscience c'est déjà un début, non ?

L'Heure d'été 26/07/2012 23:16


Je suis bien d'accord avec toi. Un billet très juste, écrit avec beaucoup de délicatesse.


Bonne soirée, Nathalie

script>