}
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'était pas mon idée : Etre un parent accompagnant actif dans les classes de mes enfants

Publié par Madamezazaofmars sur 17 Octobre 2019, 12:54pm

Catégories : #Zozo et les minots

Quand l'empereur est rentré à l'école maternelle, je travaillais encore dans une pharmacie et je n'étais pas là ni pour l'amener le matin à l'école ni pour aller le chercher le midi et encore moins le soir. Et même quand j'ai eu Jajaja et que je me suis retrouvée en congé parental, j'arrivais à trouver un tas d'excuses pour ne pas être disponible.

Et avec le recul, j'ai même honte de le dire, ça m'arrangeait bien. L'heure des mamans étaient pour moi, dans mon esprit en tout cas, un mauvais moment à passer jusqu'à ce qu'on voit enfin le sourire de notre enfant apparaitre au portail.

Trop de monde, trop de bruits, trop de têtes connues, trop de plaintes, de brèves de comptoirs, j'imaginais ça comme ça en tout cas, et n'avais du coup aucune envie de me retrouver là ou je n'avais pas envie d'être.

Avec le recul, je regrette profondément de ne pas avoir été là plus souvent, même si j'ai toujours pensé que ce n'est pas parce qu'on est pas à la sortie de l'école qu'on aime moins ses enfants, qu'on les élève plus mal, et j'en passe, les mères qui travaillent elles n'ont même pas ce choix là.

Il n'empêche qu'en prenant de l'âge et en agrandissant ma famille, mon point de vue a totalement changé, allez presque, quelques ragots trainent encore par ci par là, mais comme j'ai appris à me foutre de plein de trucs, j'ai pris soin de mettre celui là sur ma liste.

Et depuis que le Mistouflon est rentré en maternelle, je participe un maximum à tout ce qui est activités et vie de la classe. Que ce soit pour être accompagnant de sortie scolaire, d'évènements sportifs, ou aller dans la classe, souvent pour cuisiner d'ailleurs, je suis presque toujours là, quand je peux en tout cas. C'est quand même moins facile depuis que je bosse depuis la maison, passe des concours, et cherche du boulot, mais quand il s'agit de se libérer sur une heure ou deux je le fais.

Je le fais pour mes fils d'abord, pour l'enseignant bien sûr, parce que pour avoir passé pas mal de temps dans la classe de grande section l'année dernière, plus il y a de parents, mieux sait, parce que 25 enfants entre 4 et 6 ans c'est comment dire, intense à gérer. Pour moi aussi bien sûr, parce que j'aime être là, avec mes enfants, mais aussi avec les autres, discuter, transmettre a mon niveau, entendre des mots d'enfants, prendre des bouffées de fraicheur et d'innocence qui font du bien. Et je pense aujourd'hui contrairement à hier, que je suis chanceuse de pouvoir faire tout ça.

Pas plus tard que ce matin d'ailleurs, je me suis retrouvée dans la classe de l'agrume pour faire un gâteau avec des tout petits en compagnie de trois autres parents. Bon j'avoue j'appréhendais un peu parce que là ce sont vraiment de tout petits enfants, mais j'ai finalement passé un super moment et la seule d'ailleurs à avoir sali la table pendant qu'on cuisinait c'était moi.

J'ai passé un très bon moment et j'ai pris autant de plaisir à regarder les enfants vivrent dans la classe qu'à regarder leurs parents qui étaient tout émus de cette première fois.

Et en ce qui concerne l'heure des mamans, je suis la le matin et le midi, ça morcelle pas mal les plages de boulot et heureusement, j'ai du temps pendant la sieste, et surtout le soir pour me rattraper mais j'aime les accompagner tant que je peux le faire, écouter leurs petites histoires, leurs anecdotes, les voir évoluer ailleurs. J'aime aussi retrouver certains parents, échanger avec eux, faire un petit bout de route parfois.

Je ne suis pas encore prête à devenir déléguée des parents d'élèves parce qu'il faut du temps, le faire bien, être à fond, et que je ne veut pas me lancer dans une mission ou je ne pourrai faire les choses qu'à moitié mais j'essaie depuis quelques années de m'investir un peu plus dans la vie de l'école, à ma mesure et à ma façon.

Et alors que je pensais que c'était un carcan, je ne peux qu'aujourd'hui penser que j'ai de la chance de pouvoir faire tout ça.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

V
Ça me fait rire parce que j'ai fait l'inverse : première année d'école de mon ainé, j'ai tout mis en place pour pouvoir le récupérer l'après-midi pour le premier trimestre ("vous comprenez c'est dur pour eux, ils sont fatigués"), le garder les mercredi ("le centre c'est pas reposant"), pendant les vacances ("il faut qu'ils se reposent ces enfants"), je me suis inscrite comme parent délégué ("c'est important de s'impliquer") j'ai fait toutes les premières sorties et j'ai même passé l'agrément pour être accompagnante piscine - moi qui ne déteste rien de plus que les piscines municipales -("on a VRAIMENT besoin de l'aide des parents sans quoi on peut pas sortir"). Et bien pour le second, c'est clair, je crois que je n'en ferai pas autant ! Déjà parce que c'est du temps, de l’énergie et surtout que l'implication est à sens unique ! Attention, loin de moi l'idée de faire une généralité au contraire, d'ailleurs les deux dernières maitresses de mon fils sont admirables de par leur implication et leur engagement. Mais il se trouve que la directrice de l'école -qui était la maitresse de petite section - est toujours prompte à demander de l'aide mais beaucoup moins quand il s'agit de s'engager elle-même. Entendu plusieurs fois au sujet de l'absence de kermesse, de fête de fin d'année, de sortie carnaval ou autre "ah ce n'est pas une obligation légale et en plus il faudrait que l'on travaille en dehors des heures de travail donc pas question". Forcément, ça ne motive pas trop quand toi tu prends sur ton temps perso pour aider la classe... Bref dommage pour les enfants... Je ferai le max pour mon second car ce sont quoiqu'il en soit des moments magiques et uniques, mais quel dommage d'avoir cette mentalité là... (et désolée je réalise que je raconte ma vie là ^^:-p)
Répondre
B
en tant qu'instit et directrice passionnée investie<br /> trop diront (disent)certains ( la preuve même là sans exercer je me sens toujours instit ) <br /> quelle tristesse de lire ça / une "collègue '"; oui on a notre jargon !<br /> et pourtant j'en connais aussi des collègues ainsi <br /> pas qu'un <br /> mais je ne leur jette pas la pierre <br /> <br /> ch s'investit comme il veut/ peux <br /> a son parcours, sa vie à côté <br /> moi je ne pouvais pas ne pas m'y plonger corps et âme (et si, si , j'aime(ais) la vie à côté aussi )<br /> c'est juste <br /> triste <br /> dommage <br /> <br /> après on peut élargir à tout, pas qu'au cadre scolaire<br /> <br /> parce que -justement -si tout le monde en fait un peu y a moins d'investissement pour chacun <br /> <br /> en tout cas merci au contraire pour ce témoignage<br /> tout avis , témoignage est enrichissant <br /> @Virginie ps dès que mieux (là impossible couchée) j'irai lire l'article qui apparait quand on clique sur ton profil (l'annuaire") je sens que je vais me régaler et rire sourire mais aussi réfléchir <br /> à bientôt peut être
B
super !<br /> et ne regrette rien, ne te fais pas de reproche pour avant<br /> avant c'était avant :)<br /> profite maintenant <br /> (et non ce n'est pas parce que tu étais moins présente "physiquement" que tu étais moins aimante ou moins impliquée ; on fait comme on peut)<br /> <br /> je t'embrasse fort <br /> à bientôt +++ (j'espère ...) bonne dernière journée d'école <br /> bisous à partager
Répondre
C
C'est amusant, je suis dans la dynamique inverse : je me suis beaucoup investie jusqu'à présent... désormais je laisse des autres faire car je suis lasse. Je fais encore partie de l'APEL, mais ne suis plus qu'une simple exécutante par exemple
Répondre