}
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ces enfants qui n'auront pas de rentrée

Publié par Madamezazaofmars sur 28 Août 2018, 10:30am

Catégories : #Zozo et les minots

 

J'ai toujours été une maman relativement stressée par la rentrée, pas que relativement d'ailleurs, quand l'empereur est rentrée à l'école j'étais pétrifiée, idem pour les réunions, les spectacles de fin d'année et j'en passe. Tout ce qui touchait au scolaire me pétrifiait. Et il a fallu que Jajaja fasse sa première rentrée, avortée, pour que tout change, soit 7 ans.

Parce qu'une fois qu'on a un enfant "différent" qui doit rentrer à l'école, qu'il soit atteint, d'autisme, porteur de trisomie 21, Dys, à partir de ce moment là, on change de regard sur l'école. Parce que cet endroit que j'ai toujours défendu et que je défendrai encore d'ailleurs, nous fait sentir qu'on est pas tout le temps tout à fait le bienvenu.

Et trouver le cartable, acheter les fournitures, une nouvelle tenue parfois devient alors tout à fait secondaire, les premiers temps en tout cas. Car pour chaque parent d'un futur élève atteint de handicap, un long parcours commence avant même la rentrée, notamment si ce dernier doit être accompagné dans la classe par une AVS ou AESH, j'avoue que je suis restée bloqué sur le premier terme.

Demander un dossier à la MDPH, le remplir, n'oublier aucun renseignement, rédiger même carrément un projet de vie, même quand notre enfant n'a que 3 ans. Il faut s'y prendre bien à l'avance, et puis ensuite attendre, stresser, croiser les doigts, n'être sûr de rien même quand la notification positive de la MDPH arrive parce que souvent malgré ça les signatures de contrat tardent et les attributions ne sont parfois pas faites pour la rentrée.

On ajoute au parcours déjà pas forcément facile de ses parents et de enfants de la difficulté dans la difficulté. Mon fils, n'était pas qu'un simple dossier déposé sur le bureau de la MDPH, tous ses enfants ne sont pas des numéros, ce sont des élèves à part entière et trop nombreux sont encore ceux qui en ce mois de Septembre trouvent la porte de leur école fermée faute d'accompagnement adaptée.

Le système français par rapport à celui de certains pays voisins européens a des années de retard et je n'arrive pas à comprendre pourquoi. Pourquoi 8 enfants autistes sur 10  par exemple puisque ce sont les chiffres que je connais le mieux n'ont pas la possibilité d'aller à l'école.

Je sais je râbache tout le temps les mêmes chiffres et je sais que ça ne fait pas évoluer la situation, mais je les répeterai encore et encore jusqu'à ce que les choses changent. Parce que cette année encore beaucoup trop d'enfants ne pourront encore pas franchir le portail de l'école.

Je pourrais m'en moquer maintenant que Jajaja n'y est plus mais je me suis trop battue pendant 4 ans pour ne pas continuer à penser aux autres, pour ne pas espérer faire un peu bouger, notamment au niveau de l'école de mes enfants, les mentalités, que ce soit au niveau des parents ou des enseignants.

L'école, si elle n'est pas une fin en soi, reste quand même un des meilleurs systèmes d'intégration qui soit lorsqu'elle est encore à visage humain. Et je pense encore à tous ses parents et enfants que j'ai rencontré via les réseaux sociaux, que j'ai appris à connaitre, à qui je me suis attachée, et pour qui cette année encore il va falloir se battre

Si vous connaissez  des parents qui se battent autour de vous pour que leurs enfants puissent simplement avoir une AVS et la chance d'aller à l'école, parlez leur, signez leurs pétitions, donnez-leur un sourire, échangez quelques mots, faites simplement qu'ils ne sentent plus seuls dans leur combat, c'est une des choses qui avec mon fils, m'a le mieux aidée à tenir le coup et à aller de l'avant.


Et on peut commencer tout de suite... 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

A
Une énorme pensée pour tous ces enfants, et leurs parents, qui doivent se battre pour ce qui doit aller de soi. Il est évident que l'inclusion commence par l'école, quelle tristesse de devoir le répéter encore et encore... De notre côté, nous avons "la chance" que les choses se passent au final bien. Mais cela n'enlève pas les angoisses, ni le parcours du combattant administratif. Je vous embrasse <3
Répondre
M
Non et si il n'y avait que l'école ça irait,enfin ce serait plus leger
S
Cette année notre fils rentre au ce2 diagnostiqué multi dys avec trouble du déficit de l'attention il viens de faire sa rentrée sans avs ce matin! dossier déposé il y a 10 mois il est dans une classe de campagne à triple niveaux .Ce matin c'était avec la boule au ventre et non le sourire qu'il est parti rejoindre sa maitresse!
Répondre
M
Comment ça se passe depuis Septembre ?
M
Difficile de se rendre compte quand on n'est pas concerné donc ton rappel est utile. Il y a souvent eu des enfants avec AVS ou des enfants avec troubles autistiques dans les classes de mes enfants, mais combien restent sur le côté ?
En tout cas dans leur primaire, ils ont des cours en commun avec les enfants de la classe de malentendant et mes collégiens sont avec des élèves des classes UPE2A (élèves allophones en insertion ) pour certaines matières.
Répondre
M
Ca c'est une super initiative
B
fantastique une circonscription sérieuse
ça fait du bien de le lire
E
Mes deux freres sont en attente de savoir si ils auront une avs chacun ou pas .
Un est tres tres actif et lautre a certain symptome de lautisme . Donc voila sa fait 2 an que ôn bataille
Répondre
M
Alors les ont ils obtenu ?
W
En parler, alerter. Je ne suis pas concernée personnellement mais je suis informée de cette situation par l'asso épilepsie France à laquelle je participe. Elle se mobilise mais chaque année le sujet revient.

Le principe de l'école ouverte à tous ... La bonne blague ! Comme si les IME pouvaient accueillir tous les enfants. en plus ce n'est pas leur rôle. Ils doivent accompagner uniquement les enfants lourdement handicapés
Répondre
M
Oui la grosse grosse blague
S
En parler abondamment autour de soi est le meilleur moyen de démocratiser le rapport au handicap. Plus on en parle, plus les gens vont se familiariser, plus ils vont s'ouvrir à la différence. Et c'est à nous, parents, de le faire. A nous de faire bouger les choses si on veut avancer, vite et bien. Super article !!
Répondre
M
Je suis bien d'accord !
B
mais non tu ne rabâches pas
eh oui il faut en parler ++++ le dire, le raconter, le crier ,le dénoncer
être attentif soutenir
pour que cette situation se transforme justement

et bravo de le faire encore et toujours ;c'est ainsi que ça avancera
ne serait que parce certains l'ignorent totalement
Répondre
S
Tu as raison de le rappeler.
Cela permet de relativiser les petits tracas et d'ouvrir l'oeil sur les éventuels parents en difficultés autour de nous qui auront peut-être besoin de soutien, d'une oreille attentive, d'un sourire...
Répondre
M
Merci...