A table ! Non merci...

 

Aujourd'hui j'avais dans l'idée de vous parler de lutte des classes. D'abord parce que la date me paraît particulièrement bien choisie après les manifestations d'hier et surtout parce que je suis rendue compte à quel point ça guide ma façon de penser, de réfléchir,d'interagir.

Mais ça c'était avant que mon fils rentre du collège et n'ayant encore rien mais rien mangé au déjeuner. Et c'est comme ça depuis une semaine

L'empereur ne mange rien à la cantine. C'était sa plus grande peur en rentrant en 6 ème et connaissant les problèmes alimentaires qu'il a depuis quelques années ça ne m'a pas étonné même si naivement, en étant entraîné par les autres, j'ai pensé que ça aurait pu évoluer, s'améliorer, changer.

Il mangeait plutôt pas mal pourtant quand  il était petit. Évidemment il avait deja des preferences et des gouts bien a lui mais rien qui ne me paraisse anormal.Et puis, il a commencé a toujours vouloir manger la même chose et surtout a refuser de goûter tout ce qu' on lui présentait de nouveau. Et ça continue encore aujourd'hui. A 11 ans, il refuse encore catégoriquement de gouter de nombreux aliments.

Ca m'inquiète, ça nous inquiète depuis longtemps et je ne peux que constater aujourd'hui que beaucoup de nos tentatives sont restées infructueuses.

J'ai demandé des avis qui vont de " ne lui donnez rien d' autre a manger que ce que vous lui avez préparé, quand il aura faim, etc ... " à " c'est un enfant il a encore le temps de s' y mettre " mais les années passent et il ne mange toujours pas mieux.

Si on l'écoutait il mangerait quasiment toujours la même chose. Et c'est en feuilletant un magazine que je suis tombée il y a quelques années sur un article parlant de néophobie alimentaire.

La néophobie se présente sous plusieurs formes :

- Trier les aliments mélangés

- Examiner les aliments

- Grimacer

- Mâcher longuement

- Tourner et retourner les aliments avec la fourchette

- Refuser l’aliment sans le goûter

- Recracher

- Sentir l’aliment

- Vomir lorsque forcer d’avaler

- Repousser l’assiette ou la cuillère

- Détourner la tête

- Refuser d’ouvrir la bouche.

L'empereur est loin de cumuler tous ses symptômes et au fil des années goûtent de plus en plus de choses mais ça reste très restreint.

Disons qu'il sent ses aliments, les trie, les examine et refuse souvent de manger sans même avoir gouter.

Pourquoi ? Je ne sais pas trop mais mon premier réflexe à été de me dire qu'on avait surement loupé quelque chose. Trop de petits pots trop longtemps, pas assez de morceaux, notre propre peur de ne pas lui faire goûter certains aliments parce qu'on pensait que c'était trop tôt,  ou simplement un dérèglement qui lui est propre.

Visiblement on a raté le coche même si pourtant on s'est bien battu et qu'on a toujours pas baisser les bras mais il paraît que jusqu' a 8 ans c'est plus facile pour arriver à débloquer ce mécanisme alimentaire car après il est très difficile pour un enfant d’adopter une alimentation variée s’il n’en a pas pris l’habitude dans sa plus tendre enfance.

C'est je pense pour cette raison et suite à cette expérience que j'ai opté pour la DME avec le Mistouflon et l'agrume et que pour l'instant ça se passe très bien niveau alimentation et ils mangent de tout ou presque.

Je me sens donc plus que jamais pressée par le temps. Si ce que nous avons mis en place depuis des années a fonctionné mais pas assez, comment agir ? On a tout essayé, la méthode douce, le dialogue, le chantage, non nous ne sommes pas parfait, mais c'est épuisant nerveusement.

Il existe de bons conseils et quelques trucs pour y arriver si jamais vous pensez que votre enfant est lui aussi dans ce cas là comme la familiarisation,éviter les trop grands changements, donner un cadre facilitant a l'enfant, donner l’exemple, faire participer les enfants à la préparation du repas, apprendre le bon vocabulaire, faire gouter progressivement, récompenser l’enfant pour ses efforts.

Il faut être tenace mais avec le sourire ! C'est ce qu'on a fait mais comme ça ne suffit pas on va surement aller consulter quelqu'un qui saura l'écouter, pas qu'on ne sache pas le faire, du moins j'espère mais on se confie plus facilement à une oreille externe parfois.

Ce que je retiens de tout ça en plus des difficultés rencontrées par mon fils c'est l'attention que porte visiblement aux élèves qui ne rentrent pas toujours dans toutes les cases et et je trouve ça rassurant.

Comme d'habitude, on ne baissera pas les bras et je sens que lui aussi est prêt à franchir un cap.

Ensemble tout devient possible, c'est ma devise, et celle de Nicolas Sarkozy aussi lors de sa campagne présidentielle de 2007, la lutte des classes n'est jamais loin je vous l'avait dit

 

Commenter cet article

Gggaelle 05/10/2017 16:26

Je ne mangeais rien ou presque quand j étais petite, à part purée jambon et pâtes jambon. Le reste du temps je gardais tt dans ma joue sans avaler, je triais, n arrivais pas à mettre les aliments dans ma bouche . Arrivée au collège je me gavais de pain. Et puis sans que je comprenne pourquoi, arrivee au lycée, j étais interne , ça été difficile les premières semaines et je me suis mise à manger. Je n ai jamais eu aucune carence pendant toutes ces années et était en pleine forme ! Patience... Même si maintenant en temps que maman je comprends le stress que ça engendre, mais plus tu lui diras de manger moins il mangera, en tout cas je l ai vécu comme ca !

Coussss 02/10/2017 05:55

Renseignez-vous sur le syndrome de dysoralité sensoriel. Parole d'orthophoniste.

Sarah 23/09/2017 02:58

Bonsoir
Je viens de te lire et je veux juste te dire que mon fils est pareil Il a 16 ans maintenant et est en premiere Il mesure 1m85 et ne mange rien d autres que ce qu il connaît et il ne faut rien mélanger autant te dire qu à la cantine il se rattrappe sur le pain
Mais il survit

Isa 20/09/2017 18:46

Bonsoir,

Phobie alimentaire ...voilà exactement le terme (pourtant relativement simple) que nous cherchons depuis 7 ans.
Les symptômes identique à ce qui est décrit. Les même méthodes toutes tentées.
Même commentaires et incompréhension de l'entourage.
Nous avons assez rapidement amené notre fils chez le psychologue car il avait d'autre peur qui nous ont alerté (peur de toucher les peaux noires et les peaux "vieilles", très très loin de notre éducation !)
A la maison depuis peu d'évolution, il a des cycles avec ses aliments du moments et on arrive tant bien que mal à équilibré un peu ses repas (le plus dur : pas ou très peu de viande , pas de poisson et pas d'oeuf)
A la cantine (une fois par semaine) ou pareil il ne mangeait rien du tout (pain et eau) , il vient de passer un cap en allant au collège.
Le regard des autres à l'école lui pesait beaucoup. Du coup j'ai travaillé en amont avec lui sur le faites que peu de ses camarades de l'école seraient avec lui au collège et que donc si il aime qq chose il peut le manger (je lui ai aussi dit que si il ne mangeait rien les adulte (surveillant, infirmière) allaient s'en inquiéter)
Comme il ne veut surtout pas attirer les regards sur lui à propos de la nourriture (alors que ses peurs attire beaucoup le regard sur lui justement), il a réussi et il mange à la cantine !!
Et je suis d'autant fière de lui, que des filles qui le connaisse ont crié dans la cantine "mais tu manges !!!", mon fils en a pleuré et les surveillants sont venus voir ...
Mais il continue a manger quand il y va !

Pour résumer tout ça, si c'est compliqué au quotidien pour nous la famille proche, on fait avec et on l'accepte.
Ce qui est dur c'est la pression sociale, la famille plus large, les amis, le personnel de cantine qui jugent,ont leur avis (très négatif) sur lui et leur solutions

Ne pas baisser les bras et être du côté de nos enfants.

Martine 20/09/2017 17:13

Etre **empereur** quelle horreur à 11 ans; peut être simplement une explication (trop basique au goût de certains) mais être sur un piédestal rien que par le surnom vous donne des droits n'en faire qu'à sa tête

Emma 20/09/2017 14:32

Bonjour,

J'ai présenté le même problème que votre fils toute mon enfance et toute mon adolescence. Je refusais catégoriquement de manger des légumes et des fruits car le goût, l'aspect et surtout la texture me repoussaient. Je triais tout ce qui me paraissait suspect dans mon assiette, souvent sans avoir pris le temps de goûter au préalable. Le fait que l'on me force à goûter me rendait malade, je préférais ne pas manger du repas plutôt que goûter une cuillère de légumes.
Cela inquiétait mes parents car je n'évoluais pas vraiment au fil des années. Et puis finalement, vers 20 ans, la pression sociale a fait que j'ai commencé à m'y mettre toute seule. Depuis, j'incorpore petit à petit de nouveaux aliments. Aujourd'hui, j'ai 24 ans, je mange quasiment de tout, et j'ai plaisir à goûter de nouvelles choses. Alors ne perdez pas espoir, cela viendra naturellement avec les années !

Bon courage à vous et bonne journée !

Laurent75005 20/09/2017 13:24

Au risque de me faire vertement tancer, pas sûr que d'appeler son fils "l'Empereur" soit une bonne chose.
Surtout quand on essaie, après, à juste titre, de jouer son rôle de parent en lui inculquant de nouvelles règles.
Mais bon, ce que j'en dis.

Martine 20/09/2017 17:14

Tout à fait mon avis!!

Noémi 20/09/2017 13:19

Bonjour,

J'ai eu moi même ce problème étant petite. Mes parents se sont arrachés les cheveux en essayant de me faire manger autre chose que des pâtes du riz ou de la semoule et des biscuits princes et du Nutella. Mes parents ont fini par me laisser tranquille, j'allais à la cantine aussi où c'était plus compliqué car on me forçait à manger donc je developpais des techniques (avaler rout rond notamment :-/ ce qui nest pas génial). Je n'ai pas eu de carence ni problème de santé et plus je vieilli (j'ai maintenant 34 ans) plus je goûte de nouveaux aliments bien que j'ai toujours beaucoup d'aversions et que je continue à sentir mes aliments avant de les goûter (si l'odeur ne me plaît pas je ne goûte pas).
Finalement le plus gros inconvénient au fait que je n'aime pas grand chose c'est lorsque je suis invitée à diner chez des gens ! Mais en grandissant on apprend aussi à prendre sur soi et à se forcer un peu, par politesse !

Julie 20/09/2017 08:05

Bonjour j ai eu presque le même probleme que votre enfant j ai progressivement arreter de manger beaucoup d aliments en etant jeune. ( poisson , pates , riz , tomate...) ça rendait dingue ma mere mais a l epoque il n y avait pas de mot pour ça j etais juste une enfant difficile ^^. Juste pour vous rassurer meme si je ne mange pas encore tout les aliments ( surtout le poisson ) j ai finis par manger de plus en plus de chose en devenant a mon tour maman et comme vous j ai adopte la DME pour mes 2 enfants

Julie Olk 16/09/2017 20:09

Mon frère de 13 ans est un peu dans la même situation et il est vrai que l'on se sent un peu démuni... N'hésite pas à nous donner des nouvelles.

Estellecalim 15/09/2017 21:06

Alors chez nous, on a fait la DME, et le repas, c'est une grosse grosse galère ! Ma fille est plus petite, mais elle ne veut rien manger à part des pâtes et des yaourts (et encore). Et quand on me dit "les enfants ne se laissent pas mourir de faim", ça me fait doucement rigoler (enfin, plus trop doucement maintenant, j'en ai marre de cette idée complètement idiote !).
Enfin bref, tout ça pour te dire que cela n'aurait peut-être rien changé ;) mais bon courage, je sais comme c'est inquiétant :*

mg 15/09/2017 14:55

Salut! Il y a une ortho célèbre(chez les orthos en tout cas...) qui aux dernières nouvelles exerçait sur Marseille. Je ne sais pas si je peux te donner son nom comme ça sur ton blog mais tu trouveras facilement ses bouquins ou ses articles sur le net. J'ai fait une formation avec elle et franchement elle est au top.

Lucile de Guinzan 15/09/2017 13:31

Je regrette d'autant plus de ne pas avoir fait la DME avec mon petit chat.. Il a presque 2 ans, donc pas le même profil mais je suis convaincue que ça participe grandement à éviter ce genre de problèmes ! Bon courage à vous et oui je te souhaite que cette année apporte des progrès!

weena 14/09/2017 22:44

Je vois que tu as déjà pas mal de témoignages, mais enfant j'étais aussi victime de phobies alimentaires (et j'ai appris très tard qu'il existait un mot pour ça) : personnellement, depuis très longtemps, je ne supportes pas les aliments spongieux/visqueux/moellu (ouais, j'ai des copains qui ont même inventé un mot pour moi).
Avec l'âge, je me contrôle mieux, mais ça reste parfois compliqué. J'espère que vous trouverez une solution pour l'Empereur ...

Claire 14/09/2017 17:21

Pendant mon enfance, je ne mangeais que le pain à la cantine car je n'aimais rien. J'ai toujours été très difficile, je ne voulais rien goûter. Le mieux est de ne pas le forcer, car encore aujourd'hui je fais un réel bloquage avec les aliments qu'on a essayé de me pousser à manger.

Personnellement, je commence à manger de nouveaux aliments depuis très peu de temps (environ 3-4 ans, et j'ai 24 ans !). Et je ne goute que quelques aliments par an, qui me donnent envies. Mais si mes proches me proposent, je dis encore souvent non...

Le vrai déclic s'est fait quand je suis partie de chez mes parents, et que j'avais envie d'apprendre à cuisiner et tester de nouvelles choses.

En bref, tout ça pour dire qu'il faut de la patience et le laisser se faire son propre avis, tant qu'il n'a pas de carence alimentaire :)

Marion 14/09/2017 14:29

Bonjour,
Première fois sur ce blog, le titre de l'article m'a interpellé!
J'ai moi même refusé de manger autre chose que: des pâtes blanches, du riz blanc, de la semoule, du pain et des aliments sucrés pendant près de 16 ans!! Oui oui! Aujourd'hui j'en ai bientôt 30 et je mange tout à fait normalement, certains aliments me "dégoutent" toujours mais je suis assez grande pour me raisonner et gouter en me disant "Au pire, tu gobes avec de l'eau" mais dans l'ensemble je mange vraiment de TOUT!
Comment ces phobies sont arrivés? Je ne sais pas mais je peux dire qu'il m'était totalement impossible da manger autre chose que les aliments cités au dessus. Nombreuses crises. Impossible de manger dehors.
Comment s'est passé? Aucune idée, un jour j'ai osé gouter un aliment, puis deux, souvent à l'exterieur de chez moi...

COURAGE!!

Maman@home, blog de maman 14/09/2017 12:42

Tout comme toi mon second est "difficile" et c'est compliqué pour lui de manger certaines choses ou plutôt non d'imaginer les manger parce que non il ne veut pas gouter. On a tout essayé comme vous, le raisonner, lui faire du chantage, le laisser devant une assiette un petit moment, le forcer même son père l'a une fois disputé fort pour qu'il mange. Il a mangé mais ce n'est pas comme ça qu'on veut que les repas se passent alors je fais des pâtes/riz/ebly à tous les repas et je fais en sorte qu'il y ait en plus des protéines (là pour le coup il mange toutes les viandes et poissons) un légume ou un fruit. Et c'est là que c'est compliqué car les légumes à part les carottes râpées, les épinards hachés et les petits pois il n'y a pas grand chose qui passe. Ah si depuis peu il aime les haricots blancs j'ai négocié pour qu'il en goutte un cet été il a aimé, froid ET sans vinaigrette. Il était dans un bon jour. Il mange à la cantine depuis la maternelle. Parfois il me dit n'avoir mangé que le pain la viande et le fruit. Je regarde le menu et j'adapte son goûter dans le cartable pour pas qu'il ait faim. Ah oui et truc incroyable il ne buvait plus de lait depuis l'âge de 1 an et cet été après avoir passé 5 jours chez mon frère à voir son petit cousin prendre des céréales dans du lait le matin il a eu envie d'essayer et a adoré. Depuis fin juillet il en prend TOUS les jours. Il rentre parfois en disant qu'il a gouté un truc le midi, ce qu'il ne fait jamais chez nous alors je crois que la cantine c'est quand même pas mal, voir les copains manger ça tente un peu. Une dernière chose on a cuisiné ensemble en fin d'année scolaire il a eu envie de gouter la margarine (vas comprendre) je lui ai dit de plutôt tenter le beurre, il a fait les 2 et là pareil depuis il aime les tartines au beurre.
On a envie de consulter mais il a déjà son histoire de piqûre et de saut de classe alors on s'est dit qu'on lui fichait la paix un petit moment avant de nous décider. Mais je crois que petit à petit on peut y arriver. Avec une aide extérieur ce sera d'autant plus rapide tu as raison. On m'avait parlé d'orthophoniste pour le syndrome de dysoralité, ça peut être ça aussi, renseigne toi de ce côté là. ;-)

MissBrownie 14/09/2017 11:00

Je ne savais pas que ton empereur avait ces soucis avec la nourriture.
T-Biscuit a 13 ans et a les mêmes depuis toujours. Déjà bébé, il avait son petit pot préféré et refusait les autres ... une vraie tête de mule ! Mais j'étais pareille alors sur ce point mon avis et celui de mon homme diverge souvent. Lui dit qu'il faut forcer et moi je persiste à croire qu'il changera en grandissant (même si je ne suis pas téméraire niveau nourriture et que je ne mange beaucoup de tout, je mange tout de même beaucoup plus qu'enfant et plus varié aussi).
Par contre, à la différence de ton fils, TBiscuit a toujours mangé à la cantine (sauf une année car ça posait quelques problèmes par rapport à certains de ces copains qui regardaient trop le contenu de son assiette - c'était l'année où j'étais obligée de récupérer Chichi tous les midis)
Bref, d'après ce que je comprends, maintenant il fait des efforts à la cantine et mange parfois mieux qu'à la maison (surtout en ce qui concerne les plats en sauce)
Souvent à la maison, il y a des pâtes pour lui ou quelque chose qu'il aime si je sais qu'il ne mangera rien de ce que j'ai fait. Mon homme est contre cette façon de faire mais je préfère qu'il mange des pâtes que rien et je n'arrive pas à changer ...
Bon courage
P.S : T-Biscuit pense que seule l'hypnose pourrait le guérir de certaines de ses phobies (Ha lala ces enfants qui réfléchissent trop sont vraiment compliqués)

othilie 14/09/2017 09:02

ça ne doit pas être facile .. je suis extrêmement difficile ( en gros il y a plus de choses que je ne mangent pas que d'aliments que je mange ) enfant , ado c'était pareil je ne mangeais que ce que j'aimais, je triais ( et faisait des échanges avec mon frère) je n'aimais pas les plats où les légumes et la viande sont mélangés ( d'ailleurs je trie encore et ne mange pas les 2 en même temps ) mais en grandissant ( je ne vieillis pas encore soyons d'accord) j'essaie de manger des choses que je n'aime pas à priori ( parfois parce que je suis invitée et que "socialement" je n'ai pas le choix ) et puis parfois en me disant que c'est meilleur pour la santé (bon il y a des aversions qui resteront toujours ). ton fils semble épanoui et si la santé n'en pâti pas... je pense que vous mettez en place tout ce qu'il faut ça finira par payer

Melle Blanche 13/09/2017 21:31

Ca doit être une galère pour vous que de devoir adapter les menus pour lui.
La cantine même pour quelqu'un qui mange tout ce n'est pas top. Bon courage l'Empereur !
Nous on a une fille qui aime des choses jugées étranges par d'autres adultes : maquereaux, sardine,s soupe de poisson, fromages forts, piment. En revanche lui faire avaler un morceau de steak haché ce sont les pleurs assurés. Pire encore un hamburger, rien à faire et c'est sa crainte quand elle est invitée chez les copains et que les parents disent qu'ils feront un menu enfant : spaghetti bolognaise, burger ou steak frites hélas.

Dorothée 13/09/2017 19:50

Salut,
Mon fils aura 17 ans bientôt et rencontre le même type de difficultés, clairement il a un trouble du comportement alimentaire, il mange exclusivement des pâtes, de la viande, certains gâteaux... des fast-food (un seul menu toujours le même), il est demi pensionnaire, ne manque quasiment rien à la cantine (du pain), préfère ne pas manger plutôt que de devoir manger quelque chose qu'il ne connais pas, et il ne connais pas grand chose...il est capable de rester le ventre vide une journée entière...il a un tda/h je suis presque sure que c'est lié, je précise qu'il ne prend plus de traitement pour son trouble, ce traitement coupe l'appétit, avec ou sans c'est kif kif... merci pour ton témoignage !

Maman@home, blog de maman 14/09/2017 12:44

Bonjour Dorothée, je me permets de me mêler à la conversation car mon aîné ayant aussi un TDAH tu m'intéresses quand tu dis qu'il n'est plus sous traitement. Puis je te demander depuis quand et comment vous en êtes arrivé à stopper les médicaments stp? Merci.

Notsil 13/09/2017 18:36

Ma soeur a toujours été difficile à faire manger, à dire que ça lui donnait envie de vomir pour ne pas qu'on insiste. Et son credo "c'est pas ma faute, c'est mon corps qui n'aime pas" ^^
Le déclic pour la variété est venu vers 20 ans (merci le chéri qui adore cuisiner et mange plein de trucs nouveaux), maintenant il reste que dès qu'elle est stressée / contrariée son appétit de moineau ressurgit.
Quand à mon père, il s'est nourri de pain et de beurre jusqu'à ses 12 ans, et il ne mangeait pas de légumes dans sa jeunesse. Tout a fini par changer avec le temps ;)
Ca reste un moyen plus ou moins inconscient de susciter l'attention parentale : s'ils mangent trop on s'inquiète, s'ils ne mangent pas assez on s'inquiète, s'ils ne mangent pas équilibré on s'inquiète... ^^
A la cantine au collège, je mangeais essentiellement le petit pain qui accompagnait le plateau repas :)
L'avantage maintenant que nous sommes en Belgique, c'est qu'il n'y a pas vraiment de cantine, et les parents préparent une boite à tartines pour leurs enfants. Ca peut permettre de préparer le repas avec l'enfant ou d'y mettre des aliments qu'ils aiment.

Bon courage, ça viendra un jour ou l'autre. La 6ème ça reste un gros cap à passer ^^

Firenze 13/09/2017 18:32

Bonjour,
Alors déjà, je vais mettre les pieds dans le plat ! ;-)
s'il ne mange rien peut-être ne faudrait-il pas l'inscrire à la cantine ??
Cela lui enlèverait une pression (mine de rien) et il aurait ainsi moins de remarques des autres élèves... De plus vous payez inutilement...
Si c'est possible dans ce collège, il pourrait sans doute manger seul dans un coin (ou même dans la cour, tant qu'il fait beau), il pourrait apporter un petit truc préparé à la maison, soit par vous, soit par lui-même (bien sûr ce qu'il aime, un sandwich, une compote, bref, selon ses goûts).
Il va évoluer et changer peu à peu, rien n'est définitif avec les enfants, heureusement.
Cela n'empêche pas de consulter si vous le souhaitez.
Mais s'il pouvait avoir de quoi grignoter à la pause repas, ce serait tout de même rassurant pour vous (et moins stigmatisant pour lui).
Les petits écoliers Anglais, ainsi que les Belges, ne se nourrissent que de sandwichs à midi.
Franchement, je pense que ce n'est pas très grave s'il n'aime pas manger.
Mon fils adulte (autiste) a une alimentation curieuse, mais c'est ce qui lui convient. On fait avec !
Certains enfants sont très difficiles avec la nourriture, cependant tant qu'ils vont bien, font des progrès, jouent, sont heureux, c'est bien là l'essentiel.
Si votre fils était triste en permanence, ce serait plus compliqué, mais je crois qu'il va bien !
J'espère qu'il se plaît au collège, je lui souhaite le meilleur pour les jours à venir, et à vous aussi.

Ortho 13/09/2017 18:10

Bonjour,
L'empereur est HP et hypersensible:ses difficultes alimentaires sont peut etre egalement en partie d'ordre sensoriel? Avez-vous remarque s'il avait souvent des hauts le coeur, des difficultes pour se brosser les dents, si sa selectivite alimentaire concernait plutot les aliments mous, chauds, etc? Les medecins insistent toujours sur l'aspect psychologique mais le syndrome de dysoralite sensorielle peut aussi expliquer certaines difficultes alimentaires...
Bon courage pour la suite

MamanSurLeFil 13/09/2017 17:16

Il est normal de rester attentif à ces "problèmes" d'alimentation... Ici, dans une moindre mesure, les repas sont très compliqués avec notre fille qui ne mange quasi que des féculents et des protéines ! Lui faire manger des légumes et des fruits autre que le concombre, la carotte et les bananes est quasi impossible. Elle a maintenant 7 ans et les améliorations ne sont pas flagrantes non plus...

Tu as raison de penser à vous faire aider... J'ai toujours penser que parfois un simple entretien, un simple conseil, ou juste le fait d'être rassuré, pouvait débloquer les choses...

Bon courage

Virginie

Lili et ses filles 13/09/2017 16:01

Coucou,

Alors, si jamais cela peut te rassurer (un peu), mon conjoint a passé toute son enfance, adolescence et meme le début de sa vie de jeune adulte, en se nourrissant quasi exclusivement de pâtes, pommes de terre, ketchup, ... il ne mangeait quasiment aucun fruit, et donc très peu de légumes. Il a toujours fait beaucoup de sport aussi. Depuis qu'on vit ensemble et surtout depuis qu'on a des enfants, il goûte de nouvelles choses, et il apprécie même de manger des fruits (même si certaines textures le dégoûtent encore), rien n'est jamais perdu :) Je pense qu'il faut dédramatiser, on peu manger relativement sain, sans manger très varié, continuer à proposer toujours de tout, et bien sûr comme tu l'évoques, chercher si cela ne cache pas autre chose. En tout cas, depuis qu'on est ensemble, je stresse beaucoup moins par rapport aux questions d'alimentation, notamment avec ma plus jeune qui est aussi hyper difficile, même si en légumes et fruits, elle accepte les soupes et les compotes (problème de textures qui la dégoutent rapidement, pour te dire, on n'arrive même pas à lui faire prendre une fraise dans la main). Bises et bon courage

Cleophis 13/09/2017 16:00

Je vais me pencher sur cette histoire de néophobie parce que ce que tu décris est assez proche de ce que je vis avec mon fils. Ca m'angoisse beaucoup de le voir faire la moue à chaque repas et se coucher le ventre vide et comme il a à peine 5 ans, il y a peut-être quelque chose à faire.

j 13/09/2017 15:22

et si c'était lui qui préparait les repas (sous ta surveillance évidement) ?

J'ai un frère un peu parano... en CM2 quand il est parti en classe transplantée toute la famille s'est retrouvé avec des messages sur son portable (ceux qui ne servaient qu'à téléphoner) : "F. n'a rien mangé depuis 3jours, il veut visiter les cuisines, voir les dates de péremptions..."
Maintenant c'est lui qui fait à manger comme ça il dit qu'il est sure qu'on ne l'empoisonne pas

Claire 13/09/2017 14:35

Bonjour,
J étais comme ton fils durant mon enfance et mon adolescence. Je n aimais pas la viande, pas la charcuterie, pas les fraises, pas les tomates haricots verts melon abricots poissons..... la liste est tellement longue ... mes parents ne m ont jamais forcé même s ils etaient parfois agacés et ont tenté quelques vaines stratégies . Mais ma mère me dit que j étais en forme et en bonne santé donc elle ne s est pas alarmée et elle a laissé le temps faire son oeuvre.
Tout doucement j ai gouté des choses, certaines à 12ans d autres bien plus tard et aujourd'hui, à bientôt 38ans je mange presque de tout. J ai mis plus de temps que les autres. Je prenais encore des menus enfants au resto qd ma petite soeur choisissait des plats de grands.
Je ne me.permettrait pas de vous dire quoi faire car chaque enfant, histoire sont differents mais je pense que laisser le temps c est important, la vie est deja tellement pressiorisante. Je crois qu'il faut que ça vienne de lui. Je me souviens que c était impossible physiquement pour moi de me forcer même à goûter. Aujourd'hui encore je ne sais.pas.pourquoi j étais comme ça mais je ne cherche pas car tout va bien maintenant. Alors je voudrai juste lui adresser ce.message "moi aussi j étais comme toi, ça ne me gênait pas à l époque, mis à part les remarques des parents de mes copines ou amis de mes parents. Puis à chaque fois que j ai été prête à goûter je l ai fait, tu seras surpris dans quelques années de voir ce que tu es capable de manger"
Bonne continuation
Claire

Lili et ses filles 13/09/2017 16:03

Même histoire ici pour mon conjoint et même parcours pour lui, qui au même âge que vous, a maintenant une alimentation très diversifiée :)

Barbara 13/09/2017 15:41

super merci du partage Claire

Bébé est arrivé ! 13/09/2017 13:55

Tu as raison de faire appel à une aide extérieure. J'en ferais autant si j'étais dans cette situation.

Barbara 13/09/2017 13:53

"mon premier réflexe a été de me dire qu'on avait surement loupé quelque chose. "
c'est un reflexe "normal"
mais non !
ce n'est sûrement pas votre "faute "

bon courage
et j'espère que vous allez trouver une écoute ,un soutien efficace ,des solutions chez un medecin ou autres

et pendant la classe verte l'an dernier ça s'est passé comment?

aurore 13/09/2017 13:52

Dans votre article, je reconnais mon fils de 4 ans atteint de dysoralité sensoriel, suivi depuis mai par une orthophoniste spécialisé. Les repas sont toujours dur mais on arrive à avoir du mieux.Bon courage pour vous et votre fils car ce soucis est aussi difficile pour lui que pour vous.

Sylvie 13/09/2017 12:30

Bonjour, je commente très rarement, mais là il faut que je le fasse car je suis à 100% concernée par cet article. Ma fille de 6 ans ne mange pratiquement rien et ça depuis la dernière année de crèche où à un moment elle a carrément refusé de se mettre à table avec les autres et allait directement au coin sieste. Nous avons consulté et elle a accepté de se mettre à table avec les autres, mais en mangeant un plat "spécial" réservé normalement aux touts-petits. A l'école, pendant toute sa maternelle, elle ne mangeait pratiquement rien à la cantine. Un des accompagnateurs l'a bien comprise et par le biais du jeu il est même arrivé à lui faire goûter des nouveaux aliments. Maintenant elle vient d'entrer au CP, plus personne pour l'aider, l'accompagner et je sais qu'elle ne mange RIEN à l'heure du déjeuner. Je compense en lui mettant un gros goûter (toujours le même, il ne faut surtout rien changer) mais le soir idem elle a beaucoup de mal à se mettre à table, ne mange que très peu de choses (toujours la même chose) et ne veut surtout rien goûter de nouveau. Nous allons à nouveau consulter car les repas sont des moments difficiles pour nous et pour elle et j'avoue que le regard des autres est de plus en plus difficile supporter. Et surtout je la sens très malheureuse car elle se met à l'écart des autres au moment du repas.

Julie 13/09/2017 12:28

Coucou !

Étant enfant je ne mangeais quasi rien. C est simple ça se résumait à pâtes, semoule, pdt et viande. J ai mange mes premiers légumes en arrivant au lycée (vive l internat et les plats répugnants^^). Et une fois chez moi j ai commencé à manger de plus en plus de choses parce que je les cuisinais moi même. je garde tjs des "phobies" même si ce n est pas vmt le mot. Je n ai jamais mangé de charcuterie ni de fromage. Le poisson c est même pas en rêve. Aujourd'hui pourtant je considère avoir une alimentation diversifiée et saine. Je suis maman et qd j entends mon fils me dire qu il n aime pas ci ou ça je flippe un peu. J essaye de rester zen en me disant que ça viendra mais bon je flippe qd même parfois :(

script>