Le complot de l'herbe verte

Il suffit d'une journée un peu plus pourrie qu'une autre, d'un petit coup de moins bien, d'un temps un peu trop gris et voilà que tout à coup on fait partie de ces gens qui pensent que l'herbe est plus verte ailleurs.

Moi même je n'ai pas dérogé à la règle et oui j'ai souvent pensé que chez les autres c'était mieux.

Les réseaux sociaux, les blogs, l'internet mondial, tous ces mots qu'on lit, ces images qu'on scrute, n'arrangent rien si on ne va pas parfois creuser un peu plus loin ou si on ne cherche rien du tout derrière justement.

Je me demande comment ça se passait avant, quand on était pas aussi ouvert sur le monde, est ce qu'on jalousait les bigoudis de la voisine, les enfants toujours tirés à quatre épingles du boulanger, la façade de la maison du maire. Je me souviens bien de quelques épisodes au collège, au lycée, ou évidemment les gens populaires étaient admirés, enviés, critiqués aussi parfois mais sans plus.

Aujourd'hui le prisme du virtuel est trop fort, oui c'est moi la fille hyper connectée qui dit ça, parce qu'il déforme tout.

On suppose, on s'imagine, on devine, on pense que...

Mais l' oeil ne veut bien voir que ce qu'il veut et de la vie de ces gens que je prends plaisir a lire, je ne connais rien de plus d'eux souvent que ce que je lis justement.

Une telle part en voyage, une autre fait un super gâteau, cette autre encore organise de super fêtes d'anniversaire alors que cette dernière a des enfants toujours sages, j'ai envie de dire et alors ?

Qu'est ce que je connais vraiment de tous ces gens ? Rien ! Leur coup de blues, leur passé, les larmes qu'ils ravalent peut être le soir dans leur lit, les cris un peu plus fort que d'autres qu'il peut leur arriver de pousser contre leur progéniture, le morceau de fromage qu'il ne se reserviront pas, les factures non payées, qu'est ce qu'on sait de tout ça, rien ! Et certains devraient y réfléchir plus souvent avant de critiquer, d'extrapoler, de faire du mal aussi ( mme la journaliste du monde je ne vous salue pas)

Evidemment on ne peut pas aimer tout le monde, dans ce cas là le mieux est de se cacher les yeux et de passer à autre chose plutôt que de prendre parfois un certain plaisir à descendre celui ou celle qu'on a en face de soi, mais par écran interposé bien sur, c'est tellement plus simple, nettement moins courageux.

" t'as vu ce que je lui ai mis à la mere parfaite ! "

En s'ouvrant a sa propre vie, on s'ouvre aussi à celles des autres car si tout n'est pas rose pour nous, c'est la même chose pour tout le monde, un peu plus ou un peu moins, peu importe, mais rien, jamais, ne se passe en mode long fleuve tranquille.

Et avec le temps, l'âge, passez moi mon déambulateur, quelques années en somme, j'ai appris à ouvrir les yeux sur ma propre vie et j'y vois souvent à travers le brouillard de bien jolies choses

Le complot de l'herbe verte

Une salle de bains définitivement à refaire mais surtout une complicité, une connivence, un joli moment au milieu du bain que je n'aime pas toujours donner.

J' y vois de la couleur dans les rires, le temps qui passe aussi, mais surtout beaucoup d' amour.

Alors non je ne suis pas propriétaire, mais on a déjà rénové pas mal de trucs dans la maison et ça fait du bien.

Je n' ai pas de voiture pour me déplacer mais je fais de jolies ballade a pieds, avec mes deux petits loustics

Je n' ai pas d' argent de côté et peu d' argent tout court, mais j' essaie toujours de rendre le quotidien agréable et surprenant même avec trois fois rien.

J'ai repris du poids mais tant pis.

Je n' ai pas d' amies tout pres de chez moi pour aller boire un café, m'épancher mais je pense avoir tissé de solides liens via le web.

Je me sens isolée et mise à part de par le handicap de mon fils mais je tombe toujours sur des gens qui me redonne foi en l'humain.

Je ne sais toujours pas me maquiller mais le khol noir est mon meilleur ami.

J' ai malgré tout beaucoup d' amour tout autour

Je n' ai pas une vie parfaite mais à bien y regarder, je ne suis pas à plaindre, au contraire et je crois que pas mal de gens devraient faire ce point là sur leur vie plutôt que de sans arrêt vivre à travers celles des autres.

Ailleurs l'herbe n'est pas plus verte, elle est juste un peu plus loin c'est tout...

Commenter cet article

Isabelle de Guinzan 06/06/2016 18:19

Je l'avais déjà dit sur FB et je le redis, j'adore cette photo ! Quant au texte... Belle sagesse ! C'est exactement ce que j'essayais de me dire ces jours-ci beaucoup plus confusément. Avec mon bébé RGO, mes nuits plus que pourries depuis sa naissance et du coup l'épuisement total, j'en viens facilement à me dire que je n'ai pas de chance, que l'herbe est plus verte ailleurs. Et puis je me ressaisis et maintenant je saurais où venir me faire ma petite piqûre de rappel avec ton article :)

galya 03/06/2016 20:30

Je suis celle qui reste en retrait toujours
Je n'ai jamais rien a dire ni a montrer
Mais pour toi je sors du silence
Pour te dire que tes mots toujours me touchent
Tes belles images aussi
Et tu es la seule qui me fait sortir de ma petite cachette
Un peu sauvages on se comprend
Ne change pas surtout

alice 02/06/2016 15:23

Oh làlà ce que tu dis est tellement vrai...Moi aussi parfois j'envie les autres, je me retrouve completement dans ton article, et c'est rassurant qu'une maman blogueuse en parle...

Chezlescheries 02/06/2016 14:58

Magnifique ton billet. Comme celui d'hier d'ailleurs. Tout ce que tu écrits me parle tellement

sof 02/06/2016 14:18

Ton article me parle beaucoup !
Parce que, bizarrement, c'est souvent au moment du bain, quand je regarde mes fils faire les clowns dans l'eau et se marrer comme des baleines, que je me dis que j'ai de la chance, que ce qu'il y a de plus précieux dans la vie, je l'ai.
Et tant pis pour le boulot que je vais bientôt perdre, pour les sous qui manquent un peu mais ça va, pour mes kilos en trop, pour mon incapacité relative à me faire des amis...
C'est vrai que quand je regarde le fil facebook de certains, je me dis que j'aimerais bien faire des voyages, cuisiner comme un chef, avoir une maison bien rangée et une déco ultra stylée. Ce qu'il faut se dire, c'est que les mères parfaites à la déco trop tendance doivent aussi parfois râler/crier sur leurs enfants, ramasser des chaussettes dans le salon et avoir une mega pile de linge à repasser et aucun courage pour le faire...

bethanie 02/06/2016 13:02

Bonjour,

Voilà un billet qui sonne juste. Certains internautes préfèrent mettre en avant les bons côtés, les jolies choses. Cela suscite de la jalousie, de l'envie, parfois de la déprime ! Oui, on ne voit pas l'état de la cuisine après la préparation du superbe rainbow cake, ni celle du jardin après le super barbecue, etc. D'autres n'hésitent pas à montrer les failles, les imperfections.
Dans les deux cas, pourquoi clasher ? Pourquoi ne pas prendre du recul ?
Pourquoi se comporter en "hater", toujours et toujours ?

L'herbe est plus verte jusqu'à ce que l'on s'approche de plus près, et là on voit le réel. Et le réel est bien souvent le même pour tout le monde ! Bises

Maman@home, blog de maman 02/06/2016 11:58

Elle est plus loin et du coup bien plus floue alors on imagine qu'elle est plus verte ;-) Bises.

Estellecalim 02/06/2016 10:52

Tu as bien raison. Et rassure toi, effectivement, autrefois on allait peut-être moins loin mais je suis sûre qu'on regardait autant cet enfant qui avait de meilleures notes et était toujours tiré à quatre épingles, celle qui avait un intérieur impeccable, celle qui avait une plus grande maison...

Barbara 02/06/2016 10:47

je reviendrai-oui encore une fois- mais là parce que tu me fais pleurer (oui ok je suis peut être un peu fatiguée ou pas au top ou ...
en effet on ne sais pas tout !!:o)

quoi qu'il en soit
très juste très émouvant comme souvent (toujours)
merci
hugs ++++ et bisous sincères



ps si tu voyais la notre de salle de bain
et pas qu'elle d'ailleurs ....
(nan je t'épargnerai les joints de la cuisine , la-les- porte du placard bancale, la tringle incurvée de l'armoire ,les "tas",les moutons ,les vitres etc etc
mieux vaut une maison de joies
de vie
que de catalogue

Hellvis 02/06/2016 10:36

Eh bien, on peut dire que tes mots me touchent profondément. Ça faisait un moment que je n'avais pas commenté un de tes billets mais je reste une fidèle de ton blog notamment grâce à ta philosophie de vie!
Ce que tu dis sur la salle de bain à refaire, que tu vois sous le prisme des rires de tes enfants, c'est si beau, si vrai!
Ça me fait penser à une chanson de mon groupe préféré de tous les temps qui dit : "it's easy to breathe, it's easy to breathe, to breathe only air where life should be. It's easy to see, it's easy to see, to see only white where colours should be".
Ce n'est pas le thème de la chanson mais ça me fait penser à ton article. Merci pour tes mots une fois de plus. Des bises.

Quatre enfants 02/06/2016 10:17

J'adore, comme d'habitude ...;)

Sev 02/06/2016 09:55

Bonjour,
J'ai plaisir à lire vos articles depuis quelques semaines maintenant, je n'ai jamais commenté, mais à la lecture de celui ci, je ne peux m'en empêcher ! Vos enfants respirent le bonheur et bien évidemment la vie n'est jamais parfaite mais vous avez raison vous savez ce qui est essentiel...le reste n'a pas d'importance !
bonne journée et continuez de garder cet optimisme qui vous caractérise !

Céline 02/06/2016 09:40

très très très juste!
Bien écris, j'aime beaucoup :)
Il me fait du bien ton article lol

Nahe 02/06/2016 09:31

Tu as bien raison mais cela demande de la sagesse et là, c'est plus compliqué ^^ Tout n'est pas parfait, ici non plus mais l'important, c'est qu'on s'y sente bien ;)

script>