Nos dialogues silencieux

Nos dialogues silencieux

Enfin pas si silencieux que ça puisque c'est moi qui fait la conversation mais c'est la réflexion qui m'est venue en tête Mardi matin lorsque j'accompagnais Jajaja à l'école.

Comme il ne parle pas, et c'est souvent déstabilisant pour les gens, on a tendance à moins lui parler sachant qu'il ne répondra pas, du moins pas de la manière dont on l'entend. Moi même je sais que je lui parle moins qu'au Mistouflon qui est une vraie bazarette et a réponse à tout, mais je suis malgré tout toujours dans le dialogue avec lui.

Silencieux de son côté, parfois ponctué de petits bruits, de quelques cris, d'intonations difficiles à interpréter mais qui veulent toujours dire quelque chose,et moi qui cause et cause encore le long du canal, en portant son petit cartable tandis que d'une main il dévore une brioche et de l'autre tient toujours un jouet sonore, une feuille, une branche, un caillou.

Je vois parfois le regard intrigué de gens qui nous croisent dévisageant cette mère qui parle, met en garde, s'extasie sur un chat, passe sa main dans ses cheveux et lui qui ne dit rien, jamais.

Je pourrais dire que c'est un coup a prendre mais je dirais surtout que c'est essentiel de toujours lui parler, de tout, tout le temps, car même sans interaction, il comprend pas tout c'est vrai mais tellement de choses aujourd'hui.

Oh des choses banales, sommes toutes un peu ridicules pour pas mal de monde mais si importantes pour nous comme faire coucou de la main, dire au revoir toujours avec sa main, mettre ses vêtements au sale, ranger ses jouets, se brosser les dents... Autant de choses qui peuvent paraitre évidentes mais qui ne le sont pas pour lui.

On a du, on a su faire avec lui et sa façon de fonctionner pas comme les autres, et évidemment que tout n'est pas toujours facile, évident, que même en tant que ses parents, on compose, on s'adapte et que forcément notre vie n'est pas tout à fait la même que les autres parents.

Ce week end par exemple, nous partons, et nous savons d'avance que nous ne pourrons pas tout faire ensemble. On fera des groupes pour aller au restaurant car on sait qu'il ne tiendra pas longtemps à table, même chose pour les ateliers, on sait Zozo et moi qu'on sera séparé, avec des enfants chacun de notre côté. On pourrait trouver ça injuste, trouver ça triste et ça arrive quand on sait qu'on ne pourra pas tout faire ensemble et puis finalement non. On a un mode de fonctionnement bien à nous, pas très cool parfois, difficilement compréhensible quand on ne connait pas notre fils, avec parfois ce regard sur d'autres famille qui peuvent tout faire ensemble et ou on peut lire un peu de tristesse mais ça s'arrête rapidement avec tout ce que nous apporte séparément ou pas notre plus si petit Jajaja.

Ce matin on va reprendre le chemin de l'école, je gesticulerai encore un peu trop, je palabrerai beaucoup trop fort, tandis que lui fera tourner un petit bâton entre ses doigts ou virevolter une feuille, en silence, enfin presque...

Commenter cet article

alice 30/05/2016 14:57

Billet très émouvant...
Ce petit bonhomme a beaucoup de chance de vous avoir comme famille. Et l'inverse est aussi vrai. Une famille avec ses difficultés, ses bonheurs. Hors norme peut être mais tellement riche...❤️

Ju_vqal 28/05/2016 17:09

Je vous suis régulièrement sur Facebook. J'adore vos photos, vos commentaires... ils sont toujours pleins de tendresse. Au plaisir de vous relire! Bonne après midi ;-) Bise.

corinne deloumeaux 28/05/2016 08:49

Bonjour
Je regarde souvent vos photos sur votre mur et je mets un petit like car je trouve que vous êtes une famille qui respire le bonheur et qui profite avec bonheur des choses les plus simples (j'adore vos ballades..) vous avez des beaux garçons et le regard de jajaja est si beau....
merci pour ce billet plein d'amour

MissBrownie 27/05/2016 17:56

Et puis un jour, il te répondra peut-être :)

Carole Selky 27/05/2016 16:20

C'est naturel que tu lui parles voyons !!!
Et puis pour les "groupes" pendant le week-end ça nous arrive à tous, selon l'âge, les capacités et volontés de chacun, les siestes....

Estellecalim 27/05/2016 16:10

Comme Banane, j'ai toujours beaucoup parlé à ma fille (bavarde un jour, bavarde toujours) et je me souvient à la PMI, alors qu'elle avait quelques mois, que l'infirmière avait ri parce que je la rhabillais en lui disant qu'on allait aller faire des courses, qu'elle allait retourner dans le siège auto... Et puis tu sais, avec trois enfants, je crois que plein de familles ne peuvent pas toujours tout faire tous ensemble. Jajaja est un peu différent mais il y a plein de choses communes à d'autres familles :)

Elodie Minet 27/05/2016 11:15

C'est si joliment dit et expliqué.Je m'y retrouve.

chocoladdict 27/05/2016 11:15

très émouvant ton billet

Barbara 27/05/2016 13:01

je trouve aussi
si juste et tout en délicatesse comme toujours

Quatre enfants 27/05/2016 10:30

Quel joli billet ;)

Banane 27/05/2016 10:18

J'ai toujours parlé beaucoup et normalement (pas en langage bébé donc) à mes enfants.
Je me souviens qu'une maman d'un forum m'avait croisée à l'hôpital et avait été surprise que je parle autant à un bébé de quelques mois, qui bien sûr ne comprend pas tous les mots (mais très bien l'intention) et ne répondra pas.
Bref, je comprends vos dialogues silencieux.
Et pour ce qui est des activités séparées, je vois bien aussi ce que ça peut avoir de frustrant mais comme il n'y a pas d'autres moyens pour que tout le monde parte et en profite, c'est forcément la meilleure solution. :-)

Barbara 27/05/2016 10:07

Petite Madame 27/05/2016 10:05

Un si joli texte qui me donne la chair de poule !
Belle journée à vous et très bon weekend !

esther 27/05/2016 09:27

Je n'ai pas vraiment de mots moi non plus pour commenter ton article que je trouve si joli. Alors je vous envoie des baisers, à tous les deux <3

othilie 27/05/2016 09:19

pourquoi serait-ce étrange de parler à votre enfant? on parle bien aux bébés, aux animaux , à nos objets fétiches (moi je le fais en tout cas) et eux non plus ne répondent pas (cette apposition pourrait paraître étrange), finalement n'est ce pas "les autres" (leurs regards) qui font se sentir certains si différents . Il y a tellement de choses difficile à vivre, contre quoi se battre que si en plus il faut réfléchir à qui on peut parler ou pas pour pas passer pour étrange on ne s'en sort plus et puis voir qu'on fait attention à lui , lui dire des jolis mots d'amours ou des mots rassurants de quotidien je vois pas comment ça pourrait faire du mal à votre fils au contraire :)

script>