Les hommes aussi ont des bébés

Les hommes aussi ont des bébés

Je n'ai pas de fille, mais dans mon esprit de mère de trois garçons peut être un peu naïve, j'ai toujours pensé que si l'un de mes bébés était de sexe féminin je ne l'aurai pas élevé différemment.

Je me leurre peut être mais je pense que l'éducation qu'on dispense, les valeurs qu'on partage, les exemples qu'on leur montre et l'amour qu'on leur donne n'est pas une affaire de sexe.

Je suis une maman poule c'est vrai, qui a beaucoup couvé et couve encore pas mal sa progéniture même si je me soigne et je ne pense en aucun cas que ca vienne du fait que ce sont des garçons, juste de celui que ce sont mes enfants.

Et pourtant j'ai toujours l'impression que l'on pense que les garçons sont plus protégés,ont la vie plus facile parce que Moman fait tout à leur place alors qu'on cherche beaucoup plus à émanciper les filles. Et je ne suis pas d'accord avec ca. Je pense que ça dépend du caractère des enfants avant tout, des parents aussi.

Je parle de parents parce que bien souvent c'est la mere qui se retrouve accusée de tout les mots, étouffée, toute la pression reposant sur ses épaules.

J'en veux pour preuve ma propre expérience. L'empereur marchait sur la pointe des pieds quand il avait 3 ans et a eu des petits problèmes de psychomotricité, c'était parce que je l'ai trop couvé.

On m'a fait comprendre au départ que si Jajaja ne parlait pas c'est parce que c'était moi qui l'avait gardé et qu'il était trop avec moi.

Pour le Mistouflon aucun grief ne m'est encore fait mais il est blond. Son papa étant très brun, j'ai déjà dû essuyer des regards plus que suspicieux.

Et le père tient justement. C'est amusant de voir comme il n'est responsable de rien dans l'imaginaire collectif des gens qui estiment avoir la bonne façon de penser et d'élever leurs enfants.

C'est à moi que la maîtresse choisit de faire les remarques, encore à moi que la Pediatre du CAMPS pas plus tard que ce matin à trouvé bizarre que je n'assiste pas à notre rendez vous seule mais avec le papa, alors que c'est de l'avenir de notre fils dont il s'agit et qu'on décide de tout à deux.

J'ai à la fois la force toute puissante d'un Musclor mais je dois aussi porter le poids de toutes les responsabilités quand quelque chose ne va pas et pomper pomper, toujours pomper comme un Shadok.

J'avoue qu'au départ, toute jeune maman, j'ai douté de ma responsabilité. Je m'en suis voulue, j'ai pas mal pleuré et puis j'ai compris que qu'on aime bien mettre toute la culpabilité sur la mere. Parce qu'elle a porté son enfant pendant neuf mois, parce que c'est elle qui lui a donné là sein, parce que souvent c'est elle qui a assuré les nuits blanches, les réveils à l'aube, que c'est elle qui choisit de mettre pour quelques temps entre parenthèse sa carrière professionnelle entre parenthèse ou que sais je encore, on leste ses épaules de toute la misère qui peut arriver à ses enfants.

On critique souvent les mentalités chez les voisins d'un côté mais on devrait peut être commencer par regarder comment les mères en France sont perçues, traitées, surtout par le corps médical, de l'expérience que j'en ai en tout cas car ce sont face à ces gens là que je me suis toujours sentie le plus mal et le plus remise en cause.

Et pour en revenir au début de mon raisonnement, je pense que si mes enfants avaient été des filles et pas des garçons j'aurai eu droit aux mêmes reproches.

Élever son garçon comme sa fille, élever sa fille comme son garçon, élever surtout du mieux qu'on peut ses enfants en leur donnant ce qu'on pense être le meilleur. tout en étant conscient qu'en grandissant, ils se forgeront eux aussi, qu'on le veuille ou non leurs propres opinions, et que donc il est parfois inutile de juger et fustiger les parents à travers les comportements de leurs enfants. C'est un peu facile parfois non ?

PS : Impossible de ne pas penser à Cranemou en écrivant cet article

Commenter cet article

marjitj 10/03/2016 11:28

J'ai vraiment l'impression que Homme et Femme et au delà, Papa et Maman nous ne sommes pas fait pareil.
J'entends par là, la manière de penser, avant tout à ses enfants par exemple, prendre rdv pour ci/ ça, retenir les dates de rdv, poids, taille de chacun de nos enfants avec précision et j'en passe.
Mon cher et tendre est loin, très loin de tout ça. Qu'est ce que ça change réellement... Est ce que si je n'étais pas là il ferait moins bien? Est ce que si moi j'étais "comme lui" les enfants seraient malheureux? en retard pour les rdv médicaux...?
je ne sais pas, mais ce que je me demande c'est si "techniquement" notre cerveau fonctionne différemment en tant que femme, par rapport à celui des hommes, ou si c'est la société qui nous fait agir ainsi...
Bref, les mentalités évoluent certes, mais je crois aussi qu'au delà de la société, les mères entre elles sont très dures, ne serait ce que le choix (ou pas) d'être mère au foyer ou mère qui travaille, quand on voit les débats que cela peut donner... je ne nous trouve pas très tolérantes les unes envers les autres.

madamezazaofmars 12/03/2016 22:10

Tu as peut être raison, il ya peut être un probleme technique ;-)

Banane 10/03/2016 10:20

Idéalement on voulait les élever pareil.
Ce n'est pas vraiment le cas, parce qu'ils ont des caractères différents. Elle veut absolument faire plaisir, elle fait beaucoup d'effort dans ce sens, elle sait où sont les affaires des uns et des autres, etc.... c'est souvent plus simple de s'adresser à elle pour certaines choses.
Tout le monde fait sa part de tâches ménagères, tout le monde fait attention aux autres, mais ils ne sont pas tout à fait élevés pareil.

Et l'école, le centre de loisirs et la crèche m'appellent moi et uniquement moi.
Et je peux toujours essayer de joindre mon mari, il ne répond pas, la plupart du temps.
Je vais seule aux rdv à l'hôpital depuis des années, sauf si j'insiste lourdement auprès de lui.
Mon frère et moi n'avons pas été élevés pareil mais maintenant l'écart entre nous (en termes de parentalité) n'existe plus.
Bref, c'est pas gagné mais y'a des progrès partout.

madamezazaofmars 12/03/2016 22:11

Oui mais tu vois c'est plus une question de caractere que d'une volonté de ta part et ça je trouve ça normal

MissBrownie 10/03/2016 00:14

En regardant la situation avec beaucoup de franchise, je pense être plus "dure" avec ma fille qu'avec ses frères alors que mon homme, c'est l'inverse. Je le trouve trop cool avec notre fille et trop sévère avec l'aîné. Le petit, bah c'est le petit (même s'il grandit). D'ailleurs, mes fils sont très proches de moi et ma fille essaie d'être équitable mais est plus facilement avec son papa. Enfin, je crois surtout qu'elle prend tout l'amour qui peut passer à sa portée ;)
En fait, on est un gros cliché ;) J'ai l'impression d'élever mes enfants de la même manière mais selon leur place dans la fratrie et leur sexe, les choses changent. Je craque plus facilement sur des vêtements pour ma fille. Son armoire est bien pleine.
Pour le reste, non, je n'ai pas l'impression qu'on me fasse plus les reproches à moi qu'à mon homme. Enfin bon, quand le coolégien avait un poids trop faible, je me sentais tout de même fortement visée puisque je suis celle qui fait les repas (et qui n'aime pas forcément ça)
C'est un sujet compliqué et il est compliqué aussi d'être honnête avec soi-même parfois.

madamezazaofmars 12/03/2016 22:12

Mais toi tu l'es et ça je n'en ai jamais douté

Lexou 09/03/2016 21:57

Je plussoie ton article, je n'ai qu'une fille, mais j'en avais d'autres, des enfants ils seraient sans aucun doute élevés pareil, je suis tres mère poule, avec mes principes de bases, surtout la politesse, le sens du partage, et j'inculquerais les mêmes valeurs à chaque enfant!

madamezazaofmars 12/03/2016 22:12

J'en suis certaine

Clersev 09/03/2016 21:00

J'ai deux garçons et deux filles, que je tente d'élever de manière similaire, avec les mêmes valeurs, tout en composant avec leurs envies et leur caractère.
Et que c'est dur de rester stoïque face aux gens qui disent "il ne fait pas ça? Ah oui, mais c'est un garçon!" ou face à la directrice d'école qui me lance un regard de biais si je lui dis "ma fille vient de tomber, elle a mal au bras. Si elle a encore mal, appelez son père, moi je suis en déplacement!"

Oui, on est deux à élever des enfants, et oui, on essaie de passer au-dessus des préjugés sur les responsabilités parentales et les stéréotypes. Mais que c'est agaçant! (et encore, les miens n'ont pas de souci particulier)

madamezazaofmars 12/03/2016 22:13

Les préjuges c'est ce qu'il ya de pire

BBChou 09/03/2016 19:57

Je te rassure tu aurais eut les mêmes reproches, moi j'ai une fille et un garçon, quand ma fille { 21 ans } fait des bêtises de son âge, sûr c'est à cause de maman à trop l'avoir couvé, moi aussi je suis une mère poule !
Et quand mon fils 11 ans fait des trucs formidables, c'est sûr il tiens de son père.
Bref...maintenant à 47 ans je m'en tapes !

madamezazaofmars 12/03/2016 22:13

Et comme tu as raison

Barbara 09/03/2016 15:08

encore un billet si vrai
le chemin est encore long que de préjugés
malheureusement comme j'entends encore et ai entendu ce genre de remarques ...
pffffffffffff

(ps la pédiatre a eu des cours de psycho dans sa formation ? parce que là vraiment bref passons )

ps2 superbe photo

Barbara 13/03/2016 06:09

:o(

madamezazaofmars 12/03/2016 22:13

Oui elle est assez terrible

Je ne suis pas une poule 09/03/2016 14:50

Tout à fait d'accord... On est deux à élever un enfant, zut! crotte! flut! t'as vu comme je fais des progrès en gros mots...^^

madamezazaofmars 12/03/2016 22:14

bravo ! :-)

script>