La théorie de la tartine

La théorie de la tartine

Quand j'ai eu ce livre pour la première fois entre les mains, j'ai forcément penser à la loi de Murphy et à cette règle immuable qui fait que lorsque qu'une tartine est beurrée elle tombe toujours du bon côté, enfin si on veut. Me doutant bien qu'aucun auteur n'avait pu écrire un livre rien que là dessus, c'est avec beaucoup de curiosité que j'ai commencé ma lecture.

Un peu aussi parce que j'ai toujours voulu lire le premier roman de Titiou Lecoq, Les Morues, et que ça ne s'est pas encore fait. Mais au moins j'ai commencé ma lecture sans référence, sans a priori, n'ayant jamais lu et ne connaissant pas pour être franc son blog, Girls and geeks, ni les articles qu'elle publie régulièrement en tant que journaliste indépendante.

La semaine dernière, après m'être dit plusieurs fois que je n'arriverai pas à lire un livre sans image de couverture ( épreuves non corrigées oblige) je me suis lancée et une semaine après j'ai dévoré les 440 pages de ce livre.

Je suis immédiatement rentrée dans l'histoire, celles des trois personnages dont la vie est directement liée au web, Marianne l'étudiante blogueuse , Paul l'étudiant hacker et Christophe, le journaliste idéaliste. Mais aussi celle d'internet, de ses balbutiements, de ses valeurs premières, de son évolution, et de l'emprise que le web a aujourd'hui sur la société et sur nous tous.

Le roman commence donc en 2006. Marianne découvre sur internent l'existence d'une sextape posté par son ex par vengeance sur un nouveau site porno "youporn", et c'est par le biais de cette vidéo qu'elle rencontrera Christophe et Paul qui vont l'aider à se sortir de cette situation embarassante et qui deviendront ses amis, d'abord virtuels puis bien réels.

Car c'est sur une dizaine d'années que nous suivons ce trio, avec encore en parallèle, l'évolution du net, intimement lié toujours à la vie de chacun d'entre eux. Internet a tout bousculé, a évolué sûrement beaucoup plus vite qu'aucun d'entre eux ne l'auraient pensé, comme leurs propres existences avec la jeunesse envolée, l'arrivée des enfants, le travail, les amours...

J'ai fini le roman hier soir et je ne vous dirai pas quelle est cette théorie de la tartine ni ne rentrerais en détails dans l'histoire du livre parce que ce serait vous spoiler et qu'il mérite d'être lu sans trop rien savoir de plus afin de ménager l'intrigue.

L'ouvrage se divise en deux parties, 2006 et 2010 mais on ne perd pas le fil, jamais.

J'ai aimé personnages, leurs existences, pars forcément passionnantes mais très attachantes. Je me suis attachée à leurs défauts, à leurs imperfections, j'ai aimé qu'ils ne soient pas lisses.

Et c'est une étude de moeurs, celles de ceux qui ont fait internet et qui font toujours partis de la grande tribu des internautes, à la différence que ces trois personnages là, surtout Paul et Christophe, sont des puristes.

Un livre qu'on prend plaisir à lire, qui se lit bien, vite, qui surprend toujours, avec le style d'écriture de Titiou Lecoq, à la fois soutenu et populaire, avec des références littéraires, philosophiques, économiques, mais tout aussi bien des références de l'internet et de notre société moderne. On y trouve souvent des phrases pleines de punch, incisives, de l'humour toujours, mais aussi une émotion toujours cachée derrière des couches et des couches de pudeur.

Son écriture est cinématographique, Tout en lisant, on a l'impression de se faire une bonne toile et que l'adaptation au cinéma n'est pas loin. Je vois bien Arnaud Ducret dans le rôle de Christophe, Louise Bourguoin dans le rôle de Marianne et Vincent Lacoste dans le rôle de Paul. Et pareil pour la BO, j'ai écouté la même playlist durant toute la lecture avec Angus et Julia Stone, Vianney, Neeskens...

Moi la fille dont la vie actuelle est finalement liée directement a internet puisque j'ai rencontré Zozo par ce biais là en 2004, je vous conseille ce livre qui sortira le 26 Mars aux éditions du Diable Vauvert.

"Le web avait été les Amériques des handicapés sociaux. Des bras cassés de la réalité. Des borgnes, des tordus, des mal foutus, des insatisfaits, des timides, des dépressifs, des révoltés, des paranoïaques. De ceux qui n'avait pas confiance en eux et ceux qui n'avaient pas confiance dans les autres. De ceux qui étaient trop cyniques ou trop idéalistes pour se contenter de la réalité dans laquelle on les obligeait à vivre. Et c'était souvent les mêmes, les cyniques et les utopistes.Ça avait été dur. Ils avaient en commun d'avoir dû accepter le stigmate social que représentait le fait de "passer ses soirées devant son ordi". Jusqu'à en devenir fier et le revendiquer avec snobisme."

La théorie de la tartine, Titiou Lecoq, Editions Au Diable Vauvert,22 euros

Ouvrage reçu en service de presse

Commenter cet article

pfff 28/03/2015 14:05

pourquoi et comment quelqu'un qui
1) n'a jamais lu titiou lecoq
2) n'a jamais beaucoup lu tout court visiblement
recoit un bouquin d'un service de presse?

Madamezazaofmars 28/03/2015 22:34

Regardé avec un écran bien sur. Bonne soirée.

Madamezazaofmars 28/03/2015 15:41

Parce que si vous aviez bien regarder il y a une rubrique lectures avec plus de 100 articles, qu'accessoirement j'ai fait des études de lettres et j'ai énormément lu, parce que tenir un blog de maman ne veut pas forcément dire avoir le QI d'un bulot et aucune culture, et parce que si on me propose un livre qui m'intéresse par le biais d'un mail, je ne vois pas pourquoi je refuserai. Et je ne suis pas la seule a l'avoir reçu, surement a votre grand désarroi. Bonne journée

MamzelDree 12/03/2015 19:45

Un bien joli livre ! :)

Madamezazaofmars 15/03/2015 20:56

Oui vraiment

frifricreations 11/03/2015 18:05

c'est vraiment tres joli , bisous,
bonne soirée ,
frifricreations.

Barbara 11/03/2015 10:27

merci

Madamezazaofmars 15/03/2015 20:58

De rien

script>